Menu Fermer

15 meilleures émissions sur la politique américaine, classées du plus idéaliste au plus cynique

Il y a toujours eu des émissions qui examinent la vie fictive de personnes qui travaillent dans des domaines spécialisés, comme le droit ou la médecine, et la politique ne fait pas exception. Avec toutes les histoires folles qui circulent dans les médias sur des personnages puissants et des négociations à enjeux élevés, c’est une industrie mûre pour les scénarios à la fois dramatiques (comme House of Cards de Netflix) et comiques (Veep de HBO).

RELATIVES : Année électorale : 10 meilleurs documentaires Netflix sur la politique américaine

Alors que les Américains traversent une nouvelle année électorale, il est intéressant de noter que la représentation populaire de la politique américaine est devenue beaucoup moins optimiste depuis l’idéalisme de Washington dépeint dans The West Wing. La politique télévisuelle a pris de plus en plus – mais pas toujours – un tournant plus sombre.

Mise à jour le 24 décembre 2020 par Kristen Palamara : Les émissions politiques ont tendance à adopter une approche dramatique ou comique de la politique moderne aux États-Unis. Elles essaient soit de trouver le côté drôle de la politique, soit d’utiliser la comédie pour faire de la satire, soit encore et surtout d’adopter une approche dramatique. Les émissions politiques seront toujours un genre populaire à la télévision et au cinéma, mais leur approche du cynisme ou de l’idéalisme varie car la plupart des émissions reflètent la réalité avec une tournure fictionnelle qui soit tente de trouver de l’espoir, soit passe complètement du côté obscur.

15 Parcs et loisirs

Un spectacle se distingue par son optimisme quant à l’intégrité de notre système politique : Les parcs et les loisirs, qui a été diffusée de 2009 à 2015 sur NBC.

Leslie Knope et son personnel du département des parcs de Pawnee étaient vraiment déterminés à rendre le monde meilleur, même s’ils ont dû faire face à des réductions budgétaires et à des électeurs en colère. Ils ont finalement décidé de porter cet engagement à un niveau supérieur, ce que Leslie a fait en lançant sa campagne pour le conseil municipal. Les anciens employés de Parks ont finalement accédé aux plus hauts échelons du gouvernement dans une fin si optimiste qu’elle a été clairement envisagée pour une autre échéance.

14 L’aile ouest

Le drame politique le plus acclamé par la critique, The West Wing a dominé la saison des prix pendant sa être diffusé de 1999 à 2006 sur NBC. Se déroulant principalement – vous l’avez deviné – dans l’aile ouest, le spectacle a suivi l’administration fictive de Bartlet pendant deux mandats, donnant au public une fenêtre sur le processus politique.

Le spectacle a été salué pour son réalisme (en plus de l’écriture et du jeu des acteurs, qui lui ont valu 277 nominations aux prix – dont 87 qu’ils ont remportés) mais certains critiques l’ont jugé trop saccharné et optimiste. Cela n’a pas empêché les innombrables membres du personnel de Washington de prendre la décision de poursuivre leur carrière grâce à cette émission.

13 La salle de presse

Bien que The Newsroom ne s’intéresse pas aux personnages du gouvernement, elle se concentre sur les journalistes américains qui couvrent principalement des sujets politiques. Il s’agit d’une autre émission d’Aaron Sorkin, comme The West Wing, qui fournit un commentaire social et tire en fait ses nouvelles d’événements réels et fait en sorte que les personnages rapportent les histoires de la manière la plus idéaliste possible.

La salle de presse offre une réalité alternative d’intégrité journalistique qui voit les personnages sauter sur l’occasion de rapporter les nouvelles de la manière la plus éthique possible sans penser à l’audimat.

12 Spin City

Spin City se concentre sur les rouages du bureau du maire de New York, car la plupart des activités sont en fait dirigées par l’adjoint au maire (Michael J. Fox) et son groupe d’employés.

La série est davantage une sitcom sur la vie personnelle de chaque personnage, mais elle se déroule dans le monde politique américain et plusieurs scénarios tiennent compte de l’éthique de la politique. Bien que la série ne soit pas cynique, elle n’est pas non plus entièrement idéaliste, mais elle équilibre bien les moments heureux et dramatiques.

11 Cerveau mort

Cette satire politique de courte durée fusionne le drame du Congrès avec des éléments de science-fiction et un sens de l’humour décalé. Laurel Healy, en tant que nouvelle assistante sociale de son frère Luke Healy, découvre que des envahisseurs extraterrestres ressemblant à des fourmis ont infiltré le Capitole, mangeant les cerveaux et poussant les membres du Congrès à devenir de plus en plus partisans.

RELATIVES : 10 blagues de l’aile ouest qui ont déjà mal vieilli

L’émission est certainement plus sombre que Parks and Recreation et The West Wing, mais elle ne va jamais trop loin dans le domaine du désespoir et du pessimisme. Si vous êtes à court de temps, assurez-vous Découvrez les récapitulatifs musicaux très divertissants du segment « précédemment sur … » de l’émission.

10 Force spatiale

Space Force

Bien que Space Force soit un spectacle amusant en surface, c’est une satire politique qui a à peine voilé les liens avec la vie réelle et qui commence à avoir son propre commentaire sur les événements de la vie réelle et la politique.

La Space Force suit la branche nouvellement formée du gouvernement américain qui a du personnel militaire, des scientifiques et des responsables des médias qui ne cessent de se prendre la tête. C’est une émission quelque peu cynique, mais à la fin de la première saison, Space Force montre que certains pourraient être capables de changer leur façon de faire pour le mieux.

9 Scandale

Le thriller politique de Shonda Rhimes met en vedette Kerry Washington dans le rôle d’Olivia Pope, une « fixatrice » de DC qui dirige sa propre entreprise de gestion de crise. Au cœur du Scandale se trouve l’affaire torride d’Olivia avec le président Fitzgerald Scott, qui a commencé pendant sa campagne présidentielle et s’est terminée lorsque Scott a pris ses fonctions – ou l’a-t-il fait ?

Les rebondissements savonneux avaient moins à voir avec la politique qu’avec le fait de maintenir les spectateurs collés à l’écran semaine après semaine, mais l’émission a réussi à réaliser une chose que la réalité n’a pas : elle se termine avec une femme dans le Bureau ovale.

8 Succession

Bien sûr, le compétition entre Logan Roy et ses quatre enfants sur l’avenir d’un conglomérat médiatique est en soi politique, mais nous ne parlons pas ici de politique de bureau. Les scénarios politiques de Succession s’articulent autour de Siobhan (Shiv) Roy, la seule des enfants Roy à avoir fait carrière en dehors de Waystar Royco.

Shiv travaille pour le sénateur Gil Eavis, dont l’agenda progressiste est une menace pour les intérêts de la société. Qu’elle s’en tienne à son père ou qu’elle agisse par conviction, il est clair que les divergences de loyauté de Shiv envers Gil et sa famille nécessiteront une résolution difficile. Avec le pouvoir de l’entreprise enfin à portée de main, et un potentiel président anticorporate pour patron, on peut dire sans risque que les choses vont se gâter.

7 La patrie

Homeland a fait ses débuts en 2011, en tant que thriller, drame psychologique et commentaire politique. Alors que les décors et l’intrigue changent radicalement au fil des saisons et se plongent parfois tête baissée dans la politique familière de Washington, le cœur de la série se trouve dans la Central Intelligence Agency de Carrie Matheson (Claire Danes), plongée jusqu’au cou dans un pragmatisme et un doute de soi obscur.

Plus que toute autre émission d’espionnage, elle examine les ramifications réelles des actions secrètes menées dans le monde entier et le tribut qu’elles font payer aux personnes concernées.

6 Veep

La comédie hilarante de HBO Veep, avec Julia Louis-Dreyfus, est connue pour son la vulgarité mordante et le mépris total qu’elle porte à l’incompétence et à l’ambition nue de ses personnages. Les téléspectateurs seraient horrifiés d’apprendre que de nombreux initiés politiques l’ont qualifiée de représentation la plus fidèle du gouvernement américain à la télévision.

RELATIVES : Veep : 10 citations de Selina Meyer qui nous représentent tous

Qu’il s’agisse de montrer la banalité du travail quotidien à la Maison Blanche ou d’un scandale d’envergure nationale, vous vous retrouverez à rembobiner pour entendre toutes les blagues que vous avez ratées en riant trop du naufrage.

5 Battlestar Galactica

Le Battlestar Galactica pourrait être flotte de navires de migrants dans les profondeurs de l’espace inexplorémais on ne peut nier que sa société ressemble beaucoup à l’Amérique du milieu des années 2000. Des costumes d’affaires au cadre familier des bureaux (mais dans l’espace) en passant par le jargon militaire et la gouvernance constitutionnelle, la série a pratiquement crié que nombre de ses épisodes étaient des commentaires sur la politique de l’époque. La série dépeint une société en crise politique, mettant en garde contre les possibilités tumultueuses qui se présentent lorsque les enjeux sont élevés et que les puissants ont des idées radicalement différentes sur l’avenir.

L’idéalisme libéral de Will Lee Adam, l’idéalisme de Laura Roslin mélange de religion et de pragmatismeLa ferveur révolutionnaire de Tom Zarek ou l’autopromotion magistrale de Gaius Balthar finissent par l’emporter… ou bien un imprévu total se dessine ?

4 24

24 se concentrait sur une branche du gouvernement uniquement dédiée à la lutte contre le terrorisme et montrait une réalité assez terrifiante de profilage criminel et de torture pendant sa course. Il a montré les coulisses des ministères et des agents qui n’ont pas été élus publiquement et qui opèrent dans l’ombre sans que le public le sache.

Bien que l’émission ait malheureusement fait de la plupart des agents comme Jack Bauer des héros malgré leurs tactiques brutales, elle a fait l’objet de critiques depuis sa diffusion qui portent sur le profilage et les aspects tortueux de l’émission.

3 Le conte de la servante

The Handmaid's Tale Wings

The Handmaid’s Tale est un regard cynique sur un avenir américain dystopique où une société totalitaire a pris le contrôle des États-Unis au lieu d’une politique démocratique. Ce futur dystopique comprend des catastrophes environnementales et des taux de natalité en constante diminution, les femmes étant traitées comme des biens qui ne servent qu’à tenter de repeupler le pays.

L’émission est centrée sur Offred, qui est l’une des dernières femmes fertiles d’Amérique, alors qu’elle prépare une révolution. Bien qu’il s’agisse d’un spectacle incroyablement cynique, il y a toujours un certain espoir pour la révolution, ce qui le rend un peu moins cynique que d’autres.

2 Le fil

Ce qui a commencé en 2002 comme une série policière captivante dans les rues de Baltimore s’est rapidement transformé en une vaste étude de la vie urbaine américaine. Rassemblant une équipe de détectives, de trafiquants de drogue, de dockers, de politiciens – et dans un arc particulièrement poignant – un groupe d’écoliers, le thème central de l’émission est que « tout est connecté ».

Lorsque le mélange de drame et de réalisme méticuleux de la série introduit les échecs quotidiens d’un système politique dans la vie de nos personnages bien-aimés, elle nous donne des coups de poing que nous n’oublierons pas de sitôt. D’un autre côté, il a donné aux fans un rôle inoubliable pour Idris Elba.

1 Maison des cartes

Les Underwoods sont le fantasme de pouvoir d’un politicien. Lorsque le président nouvellement élu revient sur son accord de nommer Frank Underwood au poste de secrétaire d’État (en échange de son soutien pendant la campagne), Frank entame un grand jeu de pouvoir avec pour objectif ultime d’obtenir un poste ministériel. Il est rejoint par sa femme, la tout aussi ambitieuse Claire Underwood, dont l’ONG de lutte contre la pollution de l’eau est plus qu’un peu louche.

Le couple partage une soif de pouvoir et une philosophie de pragmatisme impitoyable qui horrifierait Leslie Knope. C’est une vision de Washington si pessimiste qu’on ne peut s’empêcher de se demander où va le pays si c’est ainsi que la politique fonctionne vraiment.

SUIVANT : House Of Cards : 10 histoires qu’ils n’ont jamais résolues

Partager

Partager

Tweet

Commentaire

Suivant
Batman : La série animée : 5 fois que nous nous sommes sentis mal pour le Joker (&amp ; 5 fois que nous l’avons détesté)

Sujets connexes

À propos de l’auteur

Kaycee Go
(56 Articles Publiés)

Kaycee Go est un écrivain indépendant et une mère de chats basée à Baltimore, MD.

Plus d’informations sur Kaycee Go

Cet article a été rédigé par Kaycee Go et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.