Menu Fermer

15 meilleurs films d’horreur pour les 13 ans et plus, classés

Quand les fans pensent aux films d’horreur, ils veulent quelque chose pour les effrayer. Aucun obstacle ne s’oppose aux directives de classification de la MPAA. Ainsi, cela signifie généralement que les films sont classés R, c’est-à-dire qu’ils sont interdits aux moins de 17 ans sans un parent ou un tuteur.

RELATIVES : 10 meilleurs films d’horreur basés sur des livres, classés

Mais depuis des années, la classification PG-13 a été utilisée pour inciter davantage d’adolescents à regarder des films d’horreur sans chaperon afin de générer davantage de revenus. Les fans de films d’horreur ont le sentiment d’avoir été trompés parce que le produit a été « édulcoré » et débarrassé du sang, des tripes, de la violence et du langage des vrais films d’horreur. Un film peut-il obtenir le statut de film d’horreur sans être classé R ? Cette question est débattue depuis un certain temps.

Mis à jour le 22 juillet 2020 par Zach Gass : Ce n’est pas parce qu’il est classé R que c’est toujours un bon film d’horreur. Au contraire, il y a beaucoup de films d’horreur qui s’en tirent avec de grandes frayeurs sans avoir recours à des quantités gratuites de tripes et de gore pour obtenir leurs réactions. Parfois, les frayeurs les plus subtiles sont plus efficaces que les éclaboussures que l’on peut trouver dans n’importe quel film d’horreur classé R. Il y a eu une sorte de boom avec les films de PG-13 dans le genre, ainsi que d’autres longs métrages oubliés ramenés par le statut de culte.

Voici les 15 meilleurs PG-13 films d’horreur, classé :

15 L’exorcisme d’Emily Rose (2005)

Lorsque les cinéphiles entendent parler d’exorcisme, ils pensent immédiatement à l’un des meilleurs films d’horreur de tous les temps, le film de William Friedkin L’exorciste. Ainsi, les fans d’horreur s’attendaient à ce que L’exorcisme d’Emily Rose serait à la hauteur du chef-d’œuvre de Friedkin. Mais son classement en PG-13 a suscité beaucoup de scepticisme. Après sa sortie, les réserves ont été rapidement levées.

Le film est basé sur la vie réelle d’Annelise Michel qui a été diagnostiquée épileptique suite à une série de visions et d’épisodes. La famille n’a pas réussi à la guérir, alors ils se sont tournés vers l’église pour un exorcisme qui a mis fin à sa vie.

14 Diable (2010)

En 2010, un petit film inspiré d’une histoire de M. Night Shyamalan a effrayé et intrigué le public par son seul nom, Le diable.

Un groupe de personnes est piégé dans un ascenseur et, à leur insu, le diable est l’un d’entre eux. Lors de moments intenses et d’événements terrifiants, les spectateurs doivent deviner qui, dans le groupe, est le diable. C’est un concept très intéressant qui inspire la participation du public.

Il s’agissait du premier de trois épisodes des « Chroniques de la nuit » de Shyamalan, une marque cohérente dans ses tons et ses thèmes. Mais il n’a jamais vu le jour.

13 Éteindre les lumières (2016)

Deux ans avant que David F. Sandberg ne réalise le film de super-héros à succès, Shazam !il a dirigéExtinction des feux.

Martin (Gabriel Bateman) raconte à sa soeur Rebecca (Teresa Palmer) que leur mère parle à une femme étrange la nuit. Le fantôme mystérieux d’une femme nommée Diane (Alicia Vela-Bailey), que sa mère (Maria Bello) a connu enfant dans un institut psychiatrique et qui a été tuée par le personnel de l’hôpital lors d’une opération chirurgicale expérimentale.

RELATIVES : 10 films d’horreur obscurs (mais géniaux) que vous pouvez regarder en streaming aujourd’hui sur Amazon Prime

Les effets visuels étonnants de ne voir cette créature que la nuit étaient à la fois ingénieux et sauvages à regarder, faisant craindre aux spectateurs des choses qui se cognent ou se tuent dans la nuit.

12 La rancune (2004)

En raison du succès du remake américain de L’anneauSony a vu une opportunité avec un autre film japonais à réaliser pour un public américain. Il s’agit d’un remake du film d’horreur japonais de Takashi Shimizu réalisé deux ans plus tôt, Ju-On : The Grudge.

Buffy la tueuse de vampires Sarah Michelle Gellar joue dans La rancune de Sam Raimi. Gellar joue le rôle d’une infirmière qui, alors qu’elle travaille et vit à Tokyo, est tourmentée par une malédiction surnaturelle. Cela arrive lorsqu’une personne meurt sous l’emprise d’une rage ou d’un chagrin extrême. La personne finit par mourir et la malédiction renaît sans cesse, passant d’une victime à l’autre.

Le film a été un succès instantané qui a déclenché deux autres épisodes et un remake en 2020.

11 Insidieux (2010)

Un réalisateur de renom James Wanqui a laissé les spectateurs dans l’incertitude jusqu’à la dernière scène de Vua réalisé ce film d’horreur dont la popularité a suscité l’enthousiasme du public pour une franchise qui comprenait trois films supplémentaires dans la série.

Un enfant dans un état comateux appelé The Further invite les mauvais esprits que sa famille doit combattre et détruire. Patrick Wilson, qui joue Ed Warren dans La conjuration et Rose Byrne sont excellents dans le rôle des parents, effrayés mais déterminés, de leur fils hanté, Dalton (Ty Simpkins).

Avec le suspense et l’attention portée aux détails minuscules, qui renforce l’intensité, ce film a l’allure d’un classique classé R. La famille croit que la maison hantée est à l’origine de ce mal, mais comme le dit la voyante Elaine Rainier (Lin Shaye), « ce n’est pas votre maison qui est hantée, c’est votre fils ».

Dix Cloverfield (2008)

Qui n’aime pas un film de catastrophe produit par J. J. Abrams sur une mystérieuse créature détruisant la ville de New York vue à la première personne ?

Lizzie Caplan est la vedette du manège de films d’horreur du parc d’attractions où elle tente, avec un groupe d’amis, de quitter New York avant qu’elle ne soit détruite par un monstre aux proportions gigantesques.

RELATIVES : 10 films d’horreur claustrophobes à regarder sur Netflix alors que vous êtes coincé dans l’isolement

Même s’il n’y a pas de résolution de ce qui se passe ou de la raison pour laquelle cela se passe, les téléspectateurs apprécient chaque minute de ce voyage palpitant de chaos et de destruction. Étonnamment, il n’est pas noté R, mais le langage est discret, et la violence se rapproche de la ligne de démarcation restreinte mais ne la franchit jamais.

9 Un endroit tranquille (2018)

S’asseoir dans une salle de cinéma dans un silence total est ce que la plupart des spectateurs apprécient. Mais s’asseoir dans un silence total alors que le film est pauvre en dialogue est un sentiment inhabituel et inconfortable. Mais ce sentiment de malaise était l’intention recherchée par le film.

Un endroit tranquille est l’histoire d’une famille qui est obligée de vivre en silence parce que des monstres à l’ouïe très sensible choisissent leur proie par le son.

L’équipe mari et femme de John Krasinski et Emily Blunt sont excellents comme les parents qui se battent pour la survie de leurs enfants, ce qui les rend très authentiques et très proches.

8 Le sixième sens (1999)

Le sixième sens est le film qui a fait de la phrase « Je vois des morts » une partie de l’histoire du cinéma et qui a fait de M. Night Shyamalan un succès instantané.

Bruce Willis est un psychologue qui aide un garçon (Haley Joel Osment) qui prétend pouvoir communiquer avec les fantômes qui se promènent sans savoir qu’ils sont morts.

RELATIVES : 5 films d’horreur oubliés des années 80 qui étaient excellents (&amp ; 5 qui ne l’étaient pas)

C’est un film bien écrit qui ne s’appuie pas sur des effets spéciaux ou des sauts d’effroi ; il fait réfléchir le public et crée lentement du suspense et de l’anticipation, avec une fin puissante. Il incite tout le monde à le regarder à nouveau pour voir les indices cachés qui ont été manqués.

7 Traîne-moi en enfer (2009)

Homme araignée Le réalisateur Sam Raimi présente un film d’horreur tendu sur grand écran dans Traîne-moi en enferLe film a remporté le prix du meilleur film d’horreur en 2009 aux Scream Awards. Avec l’action d’un film de Marvel et les frissons de suspense de The Evil Dead, Drag Me to Hell est exactement ce que son nom implique.

Un agent de crédit d’une banque (Allison Lohman), en lice pour le poste de directeur adjoint, refuse à une femme âgée (Lorna Raver) un prêt pour sa maison, ce qui entraîne son expulsion. Elle est alors maudite par cette femme.

Le film est une chevauchée férocement intense avec les sensations et l’apparence de ses cousins classés R.

6 L'anneau (2002)

Basé sur le film japonais Ringu, The Ring a connu un succès immédiat générant plus de 249 millions d’euros de recettes dans le monde entier. On peut dire que c’est le film pour enfants de moins de 13 ans le plus effrayant à ce jour.

Le thriller du réalisateur Gore Verbinski a fait l’objet d’une campagne de marketing convaincante qui consistait en une bande-annonce de film présentant une femme fantôme dont le visage est couvert par ses longs cheveux noirs et qui sort d’un puits au milieu des bois. Vêtue d’une robe blanche sale, elle se dirige lentement vers l’écran et sort en rampant du poste de télévision. Certaines parties de la caravane sont en noir et blanc, granuleuses, froides et accrocheuses. C’est un de ces films qui poussent les gens à aller au cinéma pour cette seule scène.

La brillante prémisse de la mort virale maintenait le public sur le bord de son siège avec des images dérangeantes qui le faisaient regarder avec intensité ayant le désir de s’éloigner mais ne le pouvant pas.

5 La Possession (2012)

De nos jours, les films sur la possession démoniaque sont légion, de Regan McNeil à Emily Rose. Cependant, cette version de la légende urbaine de la Dybbuk Box apporte quelque chose d’un peu plus original. Au lieu de la doctrine et des traditions chrétiennes/catholiques traditionnelles,La possession utilise une créature des traditions juives.

RELATIVES :Les meilleurs films d’horreur sur Netflix

L’histoire d’un démon mangeur d’enfants attaché à une mystérieuse boîte donne une vision rafraîchissante du genre de la possession. Il est vrai que la peur est plus grande et dégoûtante que sanglante et viscérale. Mais les résultats restent aussi troublants que dans un film de Cronenberg. De plus, il n’est pas fréquent qu’un démon fasse une apparition physique complète dans son film.

4 Arachnophobie (1990)

L’une des comédies d’horreur les plus criminellement sous-estimées qui existent doit être l’arachnophobie des années 1990. Il y a des notes précises de Joe Dante dans ce film sur les créatures effrayantes. Si le titre n’était pas suffisant pour le donner, ce film concerne une espèce d’araignée plutôt sinistre qui envahit une petite ville endormie.

Lorsqu’une araignée amazonienne mortelle se croise avec un reclus brun, la progéniture fait d’une ville pleine de citoyens sans méfiance leur proie. Bientôt, il y a plus de toiles et de nids que de maisons et cela devient une bataille de l’espèce. Heureusement, John Goodman arrive avec un lance-flammes pour égaliser le score.

3 divisé (2017)

M. Night Shyamalan a peut-être une certaine réputation en ce qui concerne son travail plus récent, mais Split est définitivement un film pour les bons livres. Une autre sorte de film d’horreur psychologique,SéparerLe monstre en question est un homme souffrant d’un trouble de la personnalité multiple joué par l’incomparable James McAvoy.

RELATIVES :MBTI : 5 films d’horreur que les ISTJ vont aimer (&amp ; 5 qu’ils vont détester)

La performance de McAvoy fait absolument vendre le film. La façon dont il est capable de faire la transition entre ses différentes personnalités, y compris la Bête insidieuse, est absolument effrayante. Comme les fans le reconnaissent rapidement, il devient plus qu’un simple scénario de fuite.

2 Les autres (2001)

Pour parler franchement,Les autres est un film qui va bouleverser sans honte la tête du spectateur. Troubler, effrayer, hanter et effrayer sont autant de descriptions exactes de ce film, mais pas pour les raisons que l’on pourrait imaginer. Le film reprend le scénario de la maison hantée gothique et le retourne complètement.

Sans entrer dans le domaine du spoiler, bien que ce film vérifie la plupart des cases pour les films standards sur les fantômes, la fin seule suffira à faire tourner la tête de n’importe qui. C’est un de ces films qu’il suffit de regarder (et revoir) pour être compris.

1 Histoires effrayantes à raconter dans le noir (2019)

Scary Stories To Tell In The Dark Harold

Guillermo del Toro est le champion incontesté des films de monstres modernes, et il n’y a guère de meilleurs films d’horreur d’entrée de gamme que son adaptation deHistoires effrayantes à raconter dans le noir. Basé sur les livres pour enfants du même nom, le film ne se contente pas de montrer les monstres de la page, mais aussi les illustrations horribles.

Considérez ce film comme le pont entre les médias. Plus effrayant que les livres, mais il ne fait même pas couler une goutte de sang. Avec cette idée en tête, certains des meurtres du film sont pires qu’un gâchis sanglant.

SUIVANT : 5 des monstres les plus effrayants des films d’horreur (&amp ; 5 qui étaient juste idiots)

Partager

Partager

Tweet

Commentaire

Suivant
Le film de science-fiction américain ayant rapporté le plus de recettes au box-office chaque année des années 2010

Sujets connexes

À propos de l’auteur

Sean K. Mitchell est diplômé de l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, avec une licence en journalisme et communication de masse. Depuis son plus jeune âge, il apprécie l’évasion du cinéma et de la télévision, permettant à chacun de se perdre dans l’euphorie du divertissement. Sean a écrit des critiques de divertissement pour plusieurs sites web. Actuellement, il est rédacteur de listes pour Screen Rant.

En savoir plus sur Sean Mitchell

Cet article a été rédigé par Sean Mitchell et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.