Menu Fermer

BPM : Examen des balles par minute : Une cacophonie impie

Ce n’est qu’assez récemment que le roguelike à la première personne s’est vraiment imposé comme un genre à succès. Des jeux commeBâtards du vide et City of Brass ont combiné l’action amusante et la sélection d’armes variées du FPS avec les mondes décisionnels et procéduraux constants de l’humble labyrinthe de la mort procédurale. C’est un mélange difficile à réaliser, et il y a eu beaucoup plus d’échecs que de succès. Malheureusement, en essayant de marier ce délicat équilibre avec les exigences d’un jeu de rythme, le BPM : Bullets Per Minute (BPM) s’effondre aux coutures. Les tirs lents et répétitifs du jeu et les déverrouillages restrictifs seraient déjà un problème, mais le fait de superposer un défi musical exigeant à tout cela fait de ce jeu un incontournable.

Continuez à faire défiler pour continuer à lire
Cliquez sur le bouton ci-dessous pour démarrer cet article en vue rapide.

Malgré tous ses problèmes, le BPM : Bullets Per Minute cloue un aspect, la partition musicale. Du rythme entraînant du menu à chaque nouveau morceau de musique de niveau, BPM fournit des improvisations mémorables qui restent gravées dans la mémoire pendant des jours après avoir été jouées. C’est une nécessité pour que les idées rythmiques du jeu fonctionnent, car le rythme de chaque morceau détermine la fréquence à laquelle les joueurs peuvent attaquer et recharger. Si les joueurs touchent une action alors qu’ils ne sont pas en rythme, un buzzer retentit et ils essaient de nouveau ou meurent à cause de l’araignée géante qui saute à la vue.

Relatif :Evergate Review : Un magnifique &amp ; une plate-forme de faisceau stimulante

Si BPM : Bullets Per Minute était un tireur de précision avec ce style de défi en plus, tout serait parfait. L’idée au cœur du jeu est solide et les autres développeurs devraient s’en inspirer. Pour la première fois, les développeurs d’Awe Interactive ne sont pas l’équipe qu’il faut pour ce travail, car ils ont produit un mauvais jeu de tir à la première personne. Heureusement, l’équipe a inclus la possibilité de désactiver la détection du rythme, ce qui permet de juger par elle-même leur travail dans le genre FPS. Le résultat final donne l’impression que le gimmick du jeu est un curseur en 3D sur une Nintendo 3DS. Avec ou sans l’exigence constante de tirer au rythme, le combat du BPM est plus que maladroit.

BPM Bullets Per Minute Magic Gameplay

Le mouvement est indiscipliné, donnant l’impression de nager dans l’océan plutôt que de contrôler les ailes d’un ange vengeur. Cela se produit à la fois sur la manette et sur le clavier, et les joueurs devront ajuster la sensibilité du jeu juste pour le rendre jouable. La portée de la plupart des armes à feu est une plaisanterie, les joueurs ne pouvant pas clouer les chauves-souris qui planent à quelques mètres. Cela est dû au système de statistiques du jeu, qui n’augmente que dans les rares cas où le joueur trouve un ramassage aléatoire. Cela vaut également pour tous les autres objets, y compris les armes à feu. Malgré ce qui est montré dans la bande-annonce, le jeu du début de BPM ne propose rien d’autre qu’un seul pistolet et des salles pleines d’ennemis qui mettent des heures à être abattus.

Le jeu est un jeu de hasard, ce qui, dans le cas de BPM, signifie que tout doit être débloqué avec la précieuse monnaie qu’est le temps. Tous les personnages jouables, sauf un, exigent des joueurs qu’ils battent le jeu avant d’être utilisables. Les magasins et autres salles débloquent lentement de plus en plus d’emplacements d’objets au fur et à mesure qu’ils sont investis, ce qui rend les premiers tours frustrants. Au premier étage de chaque course se trouvent des salles au trésor qui contiennent des coffres verrouillés, ce qui signifie que même les premières améliorations du joueur ont un coût. Cela réduit considérablement la variété du joueur au début du jeu, un piège dans lequel les roguelikes peuvent facilement tomber s’ils pensent que le déverrouillage des objets fait partie du plaisir.

Ne vous y trompez pas, débloquer les choses est amusant, mais la répétition peut rendre même le les jeux de course les plus agréables mourir d’une mort rapide. Essayer de se débarrasser d’un jeu aussi exigeant est un exploit en soi, et il n’est pas utile de se précipiter dans une porte verrouillée après l’autre avant de tomber sur une seule clé. Les boss à la fin de chaque monde ne sont pas différents, ils opèrent d’une manière tellement différente du reste des ennemis que les premières rencontres d’un joueur ne seront que des essais. Lorsqu’un joueur peut s’asseoir pendant une longue session et en ressortir sans rien de tangible, c’est un problème.

Les quelques fois que le RNG en BPM : Bullets Per Minute a réussi à rassembler un ensemble d’armes et de capacités qui ont permis des progrès significatifs, le jeu a brillé, mais cela ne vaut pas les heures de souffrance que représentent les courses ratées et les tirs mal cadencés. Pour emprunter les comparaisons de tireurs des années 90 du jeu, jouer à BPM, c’est comme plonger dans Doom on Ultra Nightmare avant d’apprendre à jouer à un FPS. Le plaisir est toujours là, mais il est enfoui sous tant de barrages et de complications. Le résultat final frustrant est un jeu avec une idée géniale qui fait échouer à peu près chaque partie de l’exécution.

Suivant :The Outer Worlds : Peril On Gorgon Review – Familiarité interstellaire

BPM : Bullets Per Minute sort le 15 septembre 2020 sur PC, avec une sortie sur console prévue pour 2021. Un code numérique pour le jeu a été fourni à Screen Rant pour les besoins de cet examen.

Notre classement :

1,5 sur 5 (Mauvais, quelques bonnes parties)

Partager

Partager

Tweet

Commentaire

Suicide Squad Roll Call Margot Robbie Harley Quinn

Le Suicide Squad 2 a une scène de Harley Quinn qui a battu Margot Robbie

Sujets connexes

À propos de l’auteur

Alex Santa Maria
(215 Articles Publiés)

Alex Santa Maria est un écrivain, un éditeur et un critique basé dans l’État du soleil. Élevé dans un centre Xbox LAN, Alex est un passionné qui aime les jeux de tir, les roguelikes et les jeux d’arcade. Il a une obsession malsaine pour les mauvais films, un amour des années 80 et les compétences nécessaires pour faire un bon score au flipper. Lorsqu’il ne couvre pas les dernières nouvelles de Screen Rant, vous pouvez trouver sa signature sur un nombre croissant de sites web, y compris GameRevolution, TechRaptor, Mandatory et WrestleZone.

Plus d’informations sur Alex Santa Maria

Cet article a été rédigé par Alex Santa Maria et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.