Menu Fermer

Call Of The Sea Review : Mettre de l’amour dans Lovecraft

L’écrivain d’horreur H.P. Lovecraft a eu un impact considérable sur le monde des jeux vidéo. Il est compréhensible que cela se soit surtout vu dans le genre de l’horreur, de la part de pionniers comme Seul dans l’obscurité jusqu’à des exemples indés récents comme l’horreur cosmique cyberpunk de Transitoire. Cependant, Call Of The Sea du développeur Out Of The Blue est l’un des exemples les plus intéressants d’un récit lovecraftien en action.

Plutôt que de prendre la forme d’un jeu d’horreur, Call Of The Sea est un jeu d’aventure et de réflexion avec une intrigue intrigante. Le joueur joue le rôle de Norah Everheart, une femme atteinte d’une mystérieuse maladie qui voyage dans le Pacifique Sud. Elle est là pour retrouver son mari, qui est parti en expédition pour trouver un remède à sa maladie.

Continuez à faire défiler pour continuer à lire
Cliquez sur le bouton ci-dessous pour démarrer cet article en vue rapide.

Relatif : Roki Review : Un jeu d’aventure magnifique et sincère

Bien que Norah soit seule dans son voyage, le caractère est l’un des éléments les plus forts de Call Of The Sea. Norah est brillamment interprétée par Cissy Jones de Piquet d'incendie et La vie est étrange la célébrité, en ajoutant un niveau de chaleur énorme au jeu et en gérant bien le poids d’un protagoniste isolé. De même, le joueur acquiert une solide compréhension des actions et des personnages de l’expédition grâce à la mise en scène, aux journaux audio et aux lettres, de l’arrogant Roy au génial Frank et au dévoué Harry.

Mais découvrir ce qu’il est advenu de la première série d’aventuriers est une expérience effrayante. Des scènes de désarroi sont découvertes par Norah alors qu’elle parcourt l’île, et au fur et à mesure que le jeu avance, les choses semblent devenir de plus en plus désespérées, ce qui donne au jeu un aspect similaire à la fin plus pointue des simulateurs de marche tels que Retour à la maison. Comme ce jeu a la teinte (ou la tache) de Lovecraft, Call Of The Sea n’est pas que soleil et roses, d’autant plus que les choses prennent un tour aquatique.

Cependant, Call Of The Sea n’est pas la même vieille histoire d’horreur cosmique de eldritch. Contrairement à de nombreuses œuvres qui font appel aux thèmes du genre, le jeu a des liens personnels et tangibles à la fois avec ses personnages et ses thèmes généraux, ce qui rend Call Of The Sea d’autant plus convaincant et rafraîchissant. Le jeu ne peut être considéré comme une horreur selon aucune métrique, mais il a au contraire un impact émotionnel puissant.

Le fait que le jeu soit aussi joli qu’il l’est aide certainement. Call Of The Sea est absolument magnifique, avec un angle intemporel et caricatural qui rend ses jungles luxuriantes, ses marécages nuageux et ses naufrages orageux d’autant plus puissants. C’est une direction qui s’apparente à Nous sommes heureux ou Mer de voleurs, mais avec une palette de couleurs beaucoup plus variée.

Cela n’aurait pas d’importance si le gameplay n’était pas fort, mais heureusement Call Of The Sea tient ses promesses à cet égard également. Le jeu est effectivement un jeu de réflexion à la première personne, bien qu’il ne soit pas aussi directement stimulant que les jeux de pairs tels que Myst ou Le Témoin. Néanmoins, il y a beaucoup de moments « eurêka ! » à trouver, et plus que quelques grattoirs de tête dans le voyage de Norah.

L’efficacité de ces puzzles tient en partie à la rigueur de la logique interne de Call Of The Sea. Au fur et à mesure que Norah en apprend davantage sur la civilisation dont elle utilise la technologie pour se frayer un chemin sur l’île, elle et le joueur acquièrent une certaine intuition de leurs pratiques et de leurs énigmes, ce qui rend la mise en place de chaque énigme progressivement difficile plus immédiatement compréhensible. C’est une tournure intéressante du facteur d’apprentissage du jeu de puzzle, et l’un des moyens par lesquels le jeu parvient à éviter de tomber dans les pièges les moins savoureux du genre en termes d’interpénétration de sociétés étrangères.

Call Of The Sea est une véritable surprise. C’est un puzzle d’aventure parfaitement rythmé qui parvient à mettre plus de cœur que prévu dans son histoire. Il réussit à combiner un certain nombre d’éléments disparates en un jeu extrêmement agréable, et certainement pas un à manquer.

Plus : Revue Suzerain : Une expérience véritablement présidentielle

Call Of The Sea sort le 8 décembre 2020 pour PC, Xbox Series X et Xbox One X. Screen Rant a reçu un code de téléchargement PC pour les besoins de cette revue.

Notre classement :

4,5 sur 5 (Must-Play)

Partager

Partager

Tweet

Commentaire

Cyberpunk 2077 Review Round-up

Bilan du cyberpunk 2077 : Est-il à la hauteur du battage médiatique ?

Sujets connexes

À propos de l’auteur

Rob Gordon
(551 Articles publiés)

Rob Gordon est un écrivain et musicien de Brighton, au Royaume-Uni. Diplômé du Creative Writing Masters de l’université d’Exeter, Rob a ses racines dans l’écriture de fiction mais a également une grande expérience de l’écriture sur les jeux vidéo et l’industrie des jeux vidéo. En outre, Rob est à l’aise dans le domaine du cinéma et de la télévision, en particulier lorsqu’il s’agit de l’horreur. Parallèlement à son activité d’écrivain, Rob joue dans deux groupes musicaux basés au Royaume-Uni, le groupe électro-pop Palomino Club et le groupe de rock Titans &amp ; Kings, et prête également ses talents vocaux au podcast Big Boys Don’t Cry, qui passe en revue et discute des comédies romantiques. Les groupes et le podcast peuvent être trouvés sur toutes les bonnes plateformes de distribution numérique, et Rob peut également être trouvé sur Twitter.

Plus de Rob Gordon

Cet article a été rédigé par Rob Gordon et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.