Menu Fermer

C’est toujours ensoleillé : comment L’Arme Fatale 7 critique l’hypocrisie d’Hollywood.

Avertissement : ce qui suit contient des SPOILERS pour It’s Always Sunny in Philadelphia.

It’s Always Sunny In Philadelphia (en anglais) L’épisode 2 de la saison 15, « Le gang fait l’Arme Fatale 7 », n’est pas seulement la preuve que le gang est toujours drôle – c’est aussi un examen complet et satirique de l’hypocrisie hollywoodienne et de la façon dont la fausse humanité affecte les vraies victimes de l’injustice et de la marginalisation. En tant que l’une des plus anciennes comédies en direct à la télévision, la bande d’inadaptés de It’s Always Sunny In Philadelphia – Frank (Danny DeVito), Dennis (Glenn Howerton), Charlie (Charlie Day), Mac (Rob McElhenney) et Dee (Kaitlin Olson) – brise les barrières de la comédie depuis des années. Qu’il s’agisse de Mac qui fait son coming out auprès de son père en prison dans « Mac Finds His Pride » de la saison 13, ou de la révélation des difficultés personnelles de l’ancien prêtre Cricket (David Hornsby) dans « Mac Finds His Pride ». « Crickets Tale » de la saison 12. It’s Always Sunny In Philadelphia trouve toujours le moyen d’utiliser la comédie absurde pour démonter certains problèmes sociaux.

La bande le fait souvent par le biais de blagues récurrentes et de concepts qu’elle a développés tout au long de la série, tels que les Arme mortelle suites. La version de la bande sur la franchise d’action bien-aimée a d’abord gagné en notoriété en 2010, après la diffusion de l’épisode 9 de la saison 6 de It’s Always Sunny In Philadelphia, « Dee Reynolds : Shaping America’s Youth ». Dans cet épisode, Mac et Dee s’habillent en noir pendant le tournage de L’Arme Fatale 5, essentiellement pour critiquer le racisme aveugle des temps modernes.

En rapport : La scène Seinfeld de It’s Always Sunny a rendu hommage à cet épisode classique.

It’s Always Sunny In Philadelphia est depuis devenu célèbre pour ce geste controversé. En fait, l’épisode en question a été retiré des plateformes de diffusion de la série. Aujourd’hui encore, la controverse sur le visage noir de l’Arme Fatale continue d’alimenter le débat sur la limite que peut et doit atteindre la satire. Et plus de dix ans plus tard, dans It’s Always Sunny In Philadelphia saison 15La bande ne se contente pas de revenir sur cette controverse, mais élargit également ses discussions sur la race, les droits des femmes et d’autres questions sociales.

Quand les pires personnes du monde se réunissent pour faire un film, les choses sont forcément sombres. Lors de la réunion de production de l’Arme Fatale 7, la bande rappelle aux téléspectateurs que l’industrie du divertissement est encore extrêmement peu sûre pour les femmes. Alors que Mac se réfère aux cas de Roman Polanski, Woody Allen et Bill Cosby pour prétendre à tort que les erreurs ne sont pas tolérées à Hollywood, Frank continue d’insister pour obtenir des faveurs sexuelles en étant à la fois producteur et acteur, ce que Frank a également fait dans It’s Always Sunny In Philadelphia saison 9, épisode 9, « The Gang Makes Lethal Weapon 6 ». Ces épisodes nous rappellent que la violence sexuelle est toujours profondément ancrée dans les institutions modernes du divertissement – renforcée par la fausse maturité des générations plus âgées, ce qui est approfondi dans les épisodes suivants Les expériences amoureuses de Dennis.

En fait, même si Dennis et ses amies discutent de points politiques légitimes, tout le monde est trop occupé à essayer de paraître éthique pour que des progrès réels puissent être faits dans les conversations, ce qui reflète les défis auxquels sont confrontés les mouvements libéraux progressistes à Hollywood. En fin de compte, seul Dennis – le prédateur sexuel – progresse, ce qu’il fait en répétant mot pour mot les points de discussion mentionnés par ses compagnes – ce qui représente non seulement la chambre d’écho de la politique libérale, mais aussi les dangers de donner une plateforme à la fausse humanité.

La série s’en prend une nouvelle fois à la fausse humanité lorsque Mac s’interrompt maladroitement pour attendre des applaudissements pour avoir fait ce qu’il fallait – ne pas se faire passer pour Roger Murtaugh (Danny Glover) de Lethal Weapon et éviter de revêtir à nouveau le visage noir – des choses qu’il n’aurait jamais dû faire en premier lieu. Pour le rôle de Murtaugh, le gang engage Pepperjack le proxénète, qui , tout comme le dégoûtant Frank ReynoldsLe personnage de Pepperjack représente également la réalité des abus patriarcaux dans le monde du spectacle. Comme Pepperjack est un véritable proxénète qui manipule et abuse des femmes pour le sexe et l’argent, il parle à Dee d’une manière très dédaigneuse et condescendante, ce qui rend Dee extrêmement mal à l’aise sur le plateau.

En rapport : L’épisode « The Gang Gets Trapped » d’Always Sunny est le plus calme de la série.

Cependant, Charlie et Dennis détournent le regard tandis que Mac ne parvient pas à corriger le comportement de Pepperjack. Malgré tout cela, Pepperjack n’est jamais licencié et est au contraire reconduit dans un autre rôle, ce qui montre bien que les personnes et les pratiques abusives persistent dans les institutions du divertissement. Si la bande évite d’offenser les personnes de couleur, elle continue de tolérer des situations de travail dangereuses pour les femmes, ce que l’on peut également dire de l’industrie cinématographique grand public.

La raison pour laquelle le gang réalise l’Arme Fatale 7 est qu’ils découvrent que leurs films précédents, l’Arme Fatale 5 et l’Arme Fatale 6, ont été retirés de la bibliothèque parce que Mac portait un visage noir, se moquant ainsi de la façon dont ces films ont été réalisés. les épisodes controversés ont été censurés et retirés des plateformes de streaming parce qu’ils étaient choquants. La bande discute alors du fait que ces films n’auraient jamais dû se trouver dans la bibliothèque, puis réalise qu’elle n’aurait jamais dû faire ces films offensants, ce qui l’amène à prendre la décision de faire un Lethal Weapon 7 « politiquement correct ».

Cependant, la bande se concentre davantage sur l’apparence éthique et le fait de ne pas offenser qui que ce soit plutôt que de produire quelque chose de valable. L’Arme Fatale 7 finit par devenir un film sans intérêt, sans véritable méchant ni direction. Cette critique s’adresse à ceux qui n’ont toujours pas compris que It’s Always Sunny In Philadelphia a utilisé le blackface dans Lethal Weapon 6 spécifiquement pour se moquer des racistes qui pensent que le blackface est acceptable.

Dans le final de « Le Gang fait l’Arme Fatale 7 », il est révélé que « Don Cheadle », l’acteur engagé pour jouer Martin Riggs de Mel Gibson, a utilisé la production de l’Arme Fatale 7 pour exposer La bande de mécréants de It’s Always Sunny In Philadelphia. dans son propre film documentaire, White Savior. Dans White Savior, Don Cheadle explique que « L’Arme Fatale 7 était destiné à être un enfer de quasi-réveil et de bon vieux racisme ». Outre le rappel des points saillants de l’épisode, White Savior précise que le but de la série est de dépeindre les actions des pires personnes au monde, éventuellement un appel à la compréhension envers les critiques légitimes de la comédie et de la satire contemporaines.

Plus : It’s Always Sunny : Le casting de Danny DeVito a sauvé l’émission dans la saison 2.

Cet article a été rédigé par Peter Mutuc et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.