Menu Fermer

Doctor Who : Les 15 épisodes les plus effrayants de toute la franchise à regarder avant Halloween

Halloween est un moment particulier de l’année où les gens célèbrent l’acte intemporel de se faire peur. Doctor Who est une série qui a toujours flirté avec l’horreur et les frayeurs, des Daleks aux Weeping Angels, ce qui en fait l’un des substituts parfaits au traditionnel marathon de films d’horreur le soir d’Halloween.

RELATED :10 meilleurs épisodes de Doctor Who pour 10 humeurs différentes

La série originale et sa suite de 2005 ont plus d’une fois incité des enfants de tous âges à se cacher derrière le canapé, et cette tendance ne semble pas prête de s’arrêter. Les épisodes les plus effrayants de la série associent la terreur psychologique aux frayeurs visuelles, aux monstres imaginatifs et à une narration tendue pour vendre l’expérience.

Mis à jour le 8 septembre 2021 par Derek Draven : Si Doctor Who n’a jamais reculé devant les éléments d’horreur, elle a aussi toujours essayé de présenter une explication logique et scientifique pour tout ce qui se passe au cours de l’histoire. Qu’il s’agisse des ennemis les plus redoutables du Docteur mettant en œuvre d’horribles plans d’ensemble, de terreurs démoniaques datant d’avant la nuit des temps ou d’êtres extraterrestres ayant inspiré les mythes gothiques les plus durables de l’humanité, il y a de quoi avoir peur. Certains épisodes sont à regarder avec les lumières éteintes le soir d’Halloween, jusqu’à l’aube.

15 Genèse des Daleks (1975)

Dans les années 60 et 70, les Daleks sont rapidement passés du statut d’ennemis extraterrestres effrayants à celui d’icônes adorables de la culture pop, ce qui a nui à leur longévité. Heureusement, le créateur original Terry Nation a élaboré une histoire qui a rendu les créatures effrayantes à nouveau, en revenant au moment de leur création.

La Genèse des Daleks est non seulement l’une des meilleures histoires de Doctor Who, mais elle est aussi profondément effrayante. L’utilisation astucieuse de l’éclairage et des angles de caméra confère aux Daleks une présence intense, surtout lorsqu’ils sont activés pour la première fois. L’histoire elle-même est sombre, profondément complexe et tissée de questions philosophiques et morales qui résonnent encore aujourd’hui.

14 Les graines du malheur (1976)

Dans cette histoire classique de 1976, le quatrième docteur se trouve en Antarctique et enquête sur une mystérieuse capsule qui abrite une espèce de plante extraterrestre mortelle connue sous le nom de Krynoids. Cette mauvaise herbe envahissante est capable de dévorer toute vie animale, y compris les humains, et commence à le faire immédiatement.

Le feuilleton est connu pour ses images violentes par rapport aux histoires précédentes de Who – un fait exploité par Mary Whitehouse, une avocate de la censure (et une épine dans le pied de la BBC) largement critiquée pour ses réactions instinctives et hors contexte à ce qu’elle considérait comme un matériel répréhensible.

13 Asile des Daleks (2012)

L’Asile des Daleks est une histoire de Daleks d’un tout autre genre. Elle met en scène un Docteur kidnappé, déposé sur une planète prison peuplée exclusivement de Daleks cliniquement fous et trop dangereux pour être contrôlés. Elle représente l’un des plans Dalek les plus stupides jamais conçus.mais ça fait une histoire amusante.

L’histoire comporte des moments d’humour, mais l’essentiel est constitué de moments d’horreur tendus et éprouvants pour les nerfs, alors que le Docteur, Amy et Rory descendent dans les entrailles de l’asile des Daleks. Ces Daleks extrêmement dangereux et imprévisibles ne sont qu’un problème, l’autre étant les cadavres réanimés d’un équipage humain infecté par un agent pathogène Dalek.

12 Les morts inquiets (2005)

Le reboot 2005 de Doctor Who a débuté comme une série d’aventures de science-fiction, mais il n’a pas fallu longtemps pour que la série plonge dans le domaine de l’horreur. The Unquiet Dead était une histoire de fantômes pleine de possessions humaines spirituelles, de séances de spiritisme et de cadavres de zombies réanimés, conçue pour donner la frousse aux téléspectateurs.

Cet épisode a révélé que les antagonistes fantomatiques étaient les Gelth, une forme de vie dévastée par la guerre du temps entre les Seigneurs du temps et les Daleks, qui a entraîné la transformation de leurs corps en une forme gazeuse ressemblant à une apparition. Cela a permis de donner au neuvième docteur un peu d’histoire avant le final de la première saison.

11 Pyramides de Mars (1975)

L’un des ennemis les plus redoutables et les plus implacables du Docteur est sans aucun doute l’extraterrestre Sutekh, un Osiran se faisant passer pour un ancien dieu égyptien qui souhaitait apporter le « don de la mort » à l’humanité et disposait de pouvoirs plus que suffisants pour y parvenir.

RELATED :Les 10 meilleures histoires en deux parties de Doctor Who, classées par ordre d’importance.

Au sommet de sa puissance, Sutekh était capable de détruire des systèmes stellaires entiers, et même les Seigneurs du Temps n’auraient pas été en mesure de l’arrêter. C’est ce qui se produit lorsque la volonté de Sutekh est plus que suffisante pour dominer l’esprit du Docteur et le soumettre à son propre contrôle.

10 Danse du serpent (1983)

L’un des ennemis récurrents du Cinquième Docteur était la redoutable Mara, une entité née de la violence, de la haine et de la méchanceté la plus totale. Elle se propage par le biais d’une interaction psychique avec ses victimes, dont Tegan, la compagne du Docteur. Elle a fait sa première apparition dans l’épisode Kinda, avant d’être vaincue.

Plus tard, dans Snakedance, il refait surface pour piéger l’esprit de Tegan afin de mettre au point un plan pour retrouver son existence corporelle. L’histoire est remarquable pour ses images effrayantes, sa terreur psychologique et le dernier acte montrant un serpent géant en caoutchouc, qui a heureusement été remplacé par une version CGI pour la sortie du DVD.

9 Les Daims (1971)

L’ère du troisième docteur a donné lieu à une histoire digne d’Halloween avec l’effrayante série The Dæmons. Il s’agit d’un mélange de science, de science-fiction et d’horreur gothique, tiré des pages d’un scénario de film d’horreur de la Hammer. C’est aussi l’un des seuls épisodes où le Maître est impliqué dans la pratique de la magie noire et d’autres rites infâmes.

Le principal antagoniste de l’histoire était Azal, un être qui aurait pu représenter le vrai Satan, si son espèce, les Dæmons, n’était pas une race extraterrestre dotée d’une technologie de conversion matière-énergie proche de la magie noire. Ils représentent l’un des rares classiques Les méchants de Doctor Who qui devraient faire un come-back à l’avenir.

8 Les Vampires de Venise (2010)

Les histoires de vampires sont l’épine dorsale des bonnes frayeurs d’Halloween, et cet épisode les met en avant d’une manière unique. L’histoire se concentre sur le Onzième Docteur, Amy et Rory qui visitent Venise en 1580, où ils découvrent une école de filles dont les élèves semblent être des vampires à part entière.

On apprend par la suite que les créatures sont en fait une race d’extraterrestres aquatiques déguisés, mais cela ne suffit pas à endiguer la terreur. Il y a beaucoup de rires mêlés aux frayeurs, ce qui en fait un film d’horreur beaucoup plus amusant et excitant que certaines des sombres histoires de Who.

7 L’Apocalypse des Daleks (1985)

Les Daleks classiques étaient au plus mal dans cette histoire du Sixième Docteur qui a également ramené Davros en tant que « Grand guérisseur », un homme chargé de mettre fin à la famine galactique, tout en élevant une forme plus mortelle de Daleks dans les entrailles d’une entreprise mortuaire.

Il est remarquable pour ses sujets qui frôlent le macabre, des humains décapités utilisés comme cobayes pour les Daleks aux thèmes du pillage de tombes, et (peut-être le plus controversé) du cannibalisme humain. La série entière se déroule comme un film d’horreur du début à la fin et est l’une des plus sombres de la série classique Who.

6 Tombe des Cybermen (1967)

Les tout premiers Cybermen montrés dans Doctor Who n’étaient pas particulièrement menaçants, et à bien des égards, ils étaient carrément idiots. Tout a changé lorsque les créatures ont été améliorées pour leur prochaine apparition, face au Second Docteur. Tomb of the Cybermen continue d’être l’une des histoires de Doctor Who les plus effrayantes de la franchise, et ce pour une bonne raison.

Ces Cybermen étaient bien plus inquiétants, crédibles et effrayants que leurs prédécesseurs de la première génération. À l’époque, la seule vue des Cybermen déchirant leurs alcôves suffisait à effrayer petits et grands. Les frayeurs ne sont plus aussi efficaces aujourd’hui, mais c’est toujours un spectacle d’Halloween amusant à regarder les lumières éteintes.

5 Les eaux de Mars (2009)

L’un des derniers épisodes mettant en scène le Dixième Docteur, cette histoire est fortement axée sur son « destin » imminent lors du retour de Gallifrey, un des moments les plus tristes de sa vie. L’histoire tourne autour d’une des premières colonies martiennes de l’humanité, dont le personnel a été infecté par un virus intelligent à base d’eau.

RELATED :10 monstres de Doctor Who classés du moins terrifiant au plus terrifiant

L’histoire est profondément troublante et dégoulinante de noirceur du début à la fin. Qu’il s’agisse des images terrifiantes des infectés hurlant comme des zombies ou du rebondissement choquant du dernier acte, peu d’histoires sont aussi sombres et sinistres. C’est effrayant, intense et glaçant, ce qui est parfait pour Halloween.

4 La Planète Impossible/Le Puits de Satan (2006)

Le Docteur a déjà rencontré de nombreux êtres redoutables et effrayants, mais cette excellente histoire en deux parties de Doctor Who est la première à l’opposer au véritable Satan. L’ensemble des prémisses de la série est incroyablement effrayant et dérangeant – à tel point qu’il est surprenant qu’il ait été retenu, étant donné l’orientation familiale de la série.

La Bête est le principal antagoniste de l’histoire : une créature formée avant le début de l’univers connu, qui a combattu les Disciples de la Lumière et a ensuite été emprisonnée sur une « planète impossible » adjacente à un trou noir. Sa conscience servira de nourriture à tous les démons de l’univers, dans de nombreuses cultures extraterrestres. L’utilisation effrayante de l’imagerie satanique, de la possession démoniaque et de la télékinésie à la manière de l’Exorciste fait de ce film un succès pour Halloween.

3 La malédiction de Fenric (1989)

L’un des épisodes de Who les plus dignes d’Halloween est sans aucun doute cette histoire classique de 1989 qui s’est déroulée juste avant la fin de la série. Le septième docteur et sa compagne Ace combattent une ancienne entité malveillante appelée Fenric, qui a été libérée par inadvertance par un scientifique qui a utilisé un superordinateur pour traduire d’anciennes runes sous la crypte d’une église.

Dans cet épisode, le Docteur et Ace affrontent non seulement Fenric, mais aussi ses terrifiants hémovores, un mélange de vampires et de goules qui se nourrissent du sang des humains et qui ne peuvent être éliminés que par un pieu dans le cœur. Des barrières psychiques telles que la force de la volonté et le concept de la foi religieuse étaient capables de les tenir à distance – un autre élément effrayant pour une histoire déjà terrifiante de Doctor Who.

2 Clignotement (2007)

Peu d’épisodes de Doctor Who donnent autant de frissons aux fans que Blink, la première histoire où les terrifiants Weeping Angels sont les principaux méchants. L’épisode est à la fois un mystère, une aventure temporelle et un film d’horreur, avec un fort accent sur l’invisible par rapport au visible.

Le concept des Anges pleureurs en tant qu’espèce prédatrice « verrouillée dans le temps » pour les empêcher d’exister chaque fois qu’ils sont regardés par un autre être est ingénieux. Il a obligé le réalisateur à recourir à une utilisation intelligente des ombres et de la lumière pour compenser l’absence totale de mouvement de la part des anges. Il s’agit d’une Une histoire de Doctor Who adaptée aux fans occasionnels et les inconditionnels, tous les deux.

1 Minuit (2008)

Blink est peut-être universellement considéré comme l’épisode le plus effrayant de Doctor Who, mais Midnight le bat d’une courte tête. Il s’agit de l’une des histoires les plus terrifiantes et déstabilisantes de Doctor Who jamais écrites, et son efficacité à effrayer les gens provient uniquement du fait que le sujet est simpliste et direct.

Les choses tournent mal lorsque le Docteur fait une virée en train pour visiter un célèbre site extraterrestre, et qu’une entité malveillante inconnue s’empare de l’esprit de l’un des passagers. L’entité force son hôte à répéter tout ce que dit quelqu’un d’autre, et finit par devenir assez habile pour imiter son discours en même temps. C’est l’un des moments les plus effrayants jamais vus dans Doctor Who, et le reste de l’histoire est une descente dans la peur, la folie et la paranoïa la plus totale, alors que le Docteur se bat pour son âme contre une force inarrêtable.

NEXT :10 façons dont Russell T Davies était le meilleur showrunner de Doctor Who

Cet article a été rédigé par Derek Draven et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.