Menu Fermer

Examen de l’abattoir 5 : Les lauréats du prix Eisner font revivre un classique littéraire

L’adaptation est une forme d’art aussi valable que n’importe quelle autre. Bien qu’elle puisse sembler facile à première vue, il existe plus de quelques complications qui la rendent trompeusement complexe. Les médias tels que le cinéma et les livres ont des langages entièrement différents qui ne se traduisent pas facilement entre eux. Il y a une raison pour laquelle les gens disent souvent « le livre était meilleur » après avoir vu une adaptation cinématographique. Mais malgré les plaintes concernant les changements apportés au matériel source, la chose la plus importante qu’une adaptation puisse faire est de capturer l’esprit de l’œuvre qu’elle adapte. À cet égard, il y a peu d’adaptations meilleures queBoom ! StudiosAbattoir-Cinq roman graphique.

Continuez à faire défiler pour continuer à lire
Cliquez sur le bouton ci-dessous pour démarrer cet article en vue rapide.

D’après le roman de Kurt Vonnegut de 1969, Slaughterhouse-Five a été réimaginé sous forme de roman graphique par l’écrivain acclamé Ryan North et l’artiste Albert Monteys. L’histoire raconte la vie de Billy Pilgrim, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale dont l’esprit saute au hasard dans le temps. Dans son étrange vie, Billy devient prisonnier de guerre, fait l’expérience d’une La Seconde Guerre mondiale est enlevé par des extraterrestres en forme de piston, devient le seul survivant d’un accident d’avion et vit toute sa vie dans le désordre. Bien que les éléments de science-fiction de l’histoire soient les plus accrocheurs, ils symbolisent tous une chose : le traumatisme de Billy. Bien que North et Montey’s ne changent pas l’intrigue elle-même, ce qu’ils changent s’avère significatif.

Relatif :L’homme de fer le plus bizarre de Marvel était techniquement… Un écureuil ?

En tant que roman graphique, une grande partie de l’adaptation est racontée non seulement par le dialogue, mais aussi par des éléments visuels. L’une des bizarreries de Billy est qu’il voyage parfois après sa mort, mais comme seul son esprit voyage, il ne voit cette fois que des formes violettes. Dans cette adaptation de roman graphique, North et Monteys donnent à ces abstractions de courts panneaux entre les scènes. Pour une histoire aussi centrée sur la mort, ce détail met en évidence la façon dont l’idée même de la mort hante sans cesse Billy.

L’histoire est remplie de dizaines de petits détails de ce genre, montrant que le Nord a une bonne compréhension des thèmes de la source. North est vraiment le choix idéal pour adapter un roman comme celui-ci. Alors que l’humour joyeux de NorthUne fille écureuil imbattable peut sembler en contradiction avec la comédie noire de Vonnegut, son écriture a un humanisme qui s’inscrit parfaitement dans la lignée de Vonnegut sans rien sacrifier à la comédie.

Bien sûr, l’écriture de North n’est qu’une partie de l’histoire. L’une des choses qui rendent Slaughterhouse-Five si difficile à adapter est son équilibre entre l’humour caricatural et la tragédie du monde réel. Cette dualité est essentielle pour rendre compte de la culpabilité du survivant de Billy. Heureusement pour les lecteurs, Monteys enfile l’aiguille avec facilité. Il y a une nature exagérée dans les expressions qui se prêtent aux moments les plus forts. Ce qui est étonnant, c’est que cette gafferie ne diminue en rien les horreurs que vit Billy. La dévastation de Dresde après sa destruction est un magistral reportage de deux pages qui traduit vraiment l’absurdité de la destruction de la ville.

Entendre qu’un roman classique a été adapté en roman graphique pourrait instantanément évoquer des images d’un texte sec dépourvu de tout humour ou de toute excitation, mais avec Slaughterhouse-Five North et Monteys, on montre qu’une adaptation peut être tout aussi frappante que l’original.

Suivant :L’œuf de Pâques Vonnegut de Bojack Horseman cache un message secret

Partager

Partager

Tweet

Commentaire

Cyberpunk 2077

La campagne Cyberpunk 2077 est un peu plus courte que celle de The Witcher 3

Sujets connexes

À propos de l’auteur

Evan Mullicane
(90 Articles publiés)

Evan D. Mullicane est un journaliste, critique et auteur basé dans la région de la baie de Californie. En plus d’écrire des nouvelles de bandes dessinées pour Screen Rant, il rédige des critiques pour le site d’horreur Signal Horizon et est un premier lecteur pour le magazine littéraire Cosmic Roots and Eldritch Shores. Il a obtenu sa licence en création littéraire à l’Université d’État de San Francisco en 2016. Pendant son temps libre, il aime lire des romans graphiques et écrire de la fantaisie.

Plus d’informations sur Evan Mullicane

Cet article a été rédigé par Evan Mullicane et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.