Menu Fermer

Facebook veut donner le sens du toucher aux robots | Screen Rant

La détection tactile est un problème que le secteur de la robotique n’a pas réussi à résoudre, mais…Facebook vise à résoudre ce problème avec une peau synthétique fine pour les machines, appelée ReSkin, qui reproduit le toucher humain dans le monde physique. L’entreprise s’intéresse depuis un certain temps déjà aux robots avancés pilotés par l’IA. L’année dernière, Facebook a mis en libre accès ses travaux sur DIGIT, un capteur tactile compact conçu pour être monté sur des mains robotiques à plusieurs doigts. La détection tactile est extrêmement importante pour aider les pièces robotiques à exécuter des actions avec presque le même niveau de finesse que les membres humains et pour résoudre le problème du « déficit sensoriel ».

Les récepteurs naturels de la peau permettent aux êtres humains de percevoir des attributs physiques tels que la température, la texture, le poids et même l’état physique d’un objet. Si les pièces robotisées peuvent être dotées de connaissances audiovisuelles grâce à un modèle basé sur l’IA, c’est l’absence de détection tactile qui les freine actuellement. Ces connaissances revêtent une importance particulière pour Meta, car l’entreprise cherche à s’en inspirer lors de la conception de ses produits. construction d’un métaverse avec des expériences de réalité augmentée (AR), de réalité virtuelle (VR) et de réalité mixte (MR).

En rapport :Comment la nouvelle IA de Facebook lutte contre les Deepfakes en identifiant les créateurs

C’est là que ReSkin tente de combler le manque d’innovation. La division Facebook AI de Meta – anciennement connu sous le nom de Facebook – a créé une peau synthétique bon marché et durable, d’une épaisseur de 2 à 3 mm seulement, qui permet d’exécuter plus de 50 000 interactions physiques. La peau synthétique est constituée d’un élastomère déformable dans lequel ont été intégrées des particules magnétiques. Les signaux magnétiques générés par ces particules sont enregistrés puis convertis en données utiles, telles que le point de contact et la quantité de force appliquée. La société affirme que ReSkin peut détecter une force d’une magnitude aussi faible que 0,1 newton sur des objets dont le diamètre ne dépasse pas 1 mm. Il peut être d’une utilité particulière pour des agences comme la NASA qui est testent actuellement des robots semi-autonomes pour effectuer un large éventail de tâches dans l’espace.

L’un des principaux avantages de ReSkin est son faible prix. La division Facebook AI de Meta affirme que la production de 100 feuilles ReSkin ne coûte que 6 euros et que ce coût peut encore être réduit avec la production de masse. Lorsqu’une couche s’use, elle peut être facilement enlevée et remplacée par une nouvelle. Elle peut également être appliquée sur des bras robotisés ou des bras humains lors de l’exécution de tâches quotidiennes afin de collecter des données essentielles pour l’apprentissage de modèles d’IA. ReSkin serait une excellente alternative aux capteurs actuels qui sont beaucoup plus chers, recueillent moins d’informations tactiles et ne peuvent pas être appliqués sur toutes les pièces mécaniques. Il pourrait être d’une grande utilité pour des produits comme Tesla Botsi le robot de Musk voit un jour le jour.

Selon Facebook AI, ReSkin peut être intégré à d’autres capteurs qui enregistrent des signaux visuels et sonores afin de créer des ensembles de données multimodales. Pour démontrer l’efficacité de ReSkin, les experts l’ont appliqué sur des bras robotisés qui ont manipulé des fruits mous comme un raisin pour démontrer sa détection tactile. Créé en collaboration avec l’université Carnegie Mellon, le produit est open-source et soutenu par un algorithme d’apprentissage auto-supervisé pour faciliter le processus de calibration. Les données de recherche, y compris la conception, la documentation pertinente, le code et les modèles de base, seront ouvertes afin d’encourager la poursuite de la recherche et du développement. Les chercheurs de Facebook ont pris un une approche similaire avec son projet Ego4D qui vise à enseigner des modèles d’IA en utilisant des vidéos capturées du point de vue d’un humain à la première personne.

Suivant :Une IA créée pour donner des conseils éthiques est raciste et meurtrière.

Source : IA Facebook

Cet article a été rédigé par Nadeem Sarwar et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.