Menu Fermer

Interview du superviseur VFX Bryan Hirota : Justice League de Zack Snyder

Justice League de Zack Snyder sorti près de quatre ans après la version théâtrale, rétablissant ainsi le film original du réalisateur. En plus de supprimer les modifications apportées au montage de 2017, la Snyder Cut, comme on l’appelle familièrement, comprend également plus de deux heures de séquences jamais vues auparavant. Mais alors qu’une coupe de montage était prête depuis le début, cette version du film devait encore faire l’objet d’effets visuels avant sa sortie en mars 2021.

Scanline a passé des mois à travailler sur le Snyder Cut, qui est arrivé des années après avoir travaillé sur le film de 2017. Screen Rant s’est entretenu avec le superviseur VFX Bryan Hirota sur l’expérience de travail sur les deux films ainsi que sur les subtilités de Justice League de Zack Snyder.

En rapport :La Ligue des Justiciers de Zack Snyder : Tous les œufs de Pâques et les références au DCEU

Justice League est une situation assez intéressante. Scanline a travaillé sur les deux versions du film. Quelle a été cette expérience et quelles ont été les différences entre les deux ?

Bryan Hirota : La version originale pour les salles de cinéma a été réalisée par Zack et, à un moment donné, Zack a quitté le projet et Joss est arrivé avec une série de reshoots. Nous l’avons terminé, et c’était comme si c’était fini pour la série. Puis, trois ou quatre ans plus tard, après avoir terminé et archivé la série hors ligne, nous avons appris que la version de Zack était prête. J’ai travaillé sur un certain nombre de spectacles avec Zack, et j’ai été en contact avec lui de manière informelle. Nous avions parlé de la possibilité que les gens voient sa version du film, mais c’était toujours dans le contexte du montage de Superman II par Richard Donner, c’est-à-dire 10 ou 20 ans plus tard.

Je ne me souviens pas que quelque chose comme ça soit arrivé. Je ne sais pas s’il y a déjà eu quelque chose comme ça, où dans les cinq ans suivant la sortie en salle, une version très différente du même film est mise sur le marché. Ce n’est même pas un bonus qui se trouve sur un Blu-ray ou autre. Je pense que tout cela est super bizarre et unique. Mais s’y remettre à cette échelle était un peu fou, car Scanline avait besoin de faire environ 1000 plans. Je pense qu’entre le moment où ils ont dit « Hé, on va faire ce truc » et le moment où ils voulaient le faire, il s’est écoulé sept mois. Il nous a fallu un bon mois pour revoir l’émission archivée, voir ce qui restait et ce qui fonctionnait encore dans le pipeline. Parce que trois ou quatre ans, c’est long dans n’importe quel domaine technique, et nos pipelines internes pour de nombreux personnages, effets et éclairages ont évolué au cours de cette période.

C’est aussi un certain nombre de complications. Des plans qui étaient ostensiblement bien dans l’une ou l’autre version du film devaient encore être vérifiés, parce que pour le montage en salle, nous terminions à 1:85, et la version de Zack était terminée à 1:33. Il y avait des plans qui auraient été parfaits, à part le fait que nous n’avions pas de hauts ou de bas pour ces plans. Dans le pire des cas, sur certains plans, nous avons dû faire un nouveau rendu juste pour remplir le haut et le bas.

Il y a eu beaucoup de vérifications pour la continuité, aussi. Car si certains aspects des deux films sont très similaires, ils sont aussi différents. Dans le parc de la version originale, il n’y a pas de Humvees ou de militaires, mais dans la version de Zack, il y en a. Dans la photographie originale, il y a des Humvees, donc ils ont été peints hors de la salle de cinéma. Et il y avait différentes configurations des voitures de police dans les deux versions pour faciliter la présence ou non de militaires.

Nous avons dû nous assurer que certains détails de l’arrière-plan profond et moyen correspondaient. Nous devions nous assurer que nous n’avions pas peint un soldat ou un policier, par exemple, qui devait figurer dans une version mais qui avait été supprimé dans une autre. De nombreux plans ont nécessité un travail de détective pour s’assurer qu’ils étaient compatibles avec la version du film sur laquelle nous travaillions. C’est le genre de choses que l’on n’a normalement pas à faire, parce que l’on ne recoupe pas deux versions différentes du même film.

Flash Running in Snyder Cut

Outre la restauration des plans originaux, vous avez également dû travailler sur deux heures d’ajouts de plans – notamment un nouveau personnage comme Martian Manhunter et les scènes cosmiques avec Flash. Quelle liberté de création avez-vous eu pour concevoir tout cela, et quels paramètres Zack vous a-t-il donnés ?

Bryan Hirota : Pour le rembobinage cosmique, Zack a décrit ce qu’il voulait : les boîtes mères détruisent tout et laissent Flash dans une sorte de vide, et lorsque Flash s’envole et court plus vite qu’il n’a jamais couru auparavant, Zack voulait que le monde se reconstruise autour de lui. Il a imaginé qu’il y avait, à chaque pas de Flash, ces mini big bangs sous lui pour accompagner l’histoire selon laquelle il reconstruit l’univers.

Cette séquence était une idée dans la version originale de Zack, mais elle n’est pas allée très loin dans son développement. Il y avait quelques pré/post-viz du matériel que nous pouvions utiliser comme guide approximatif, mais à part ces conversations initiales à ce sujet avec DJ et les conseils de Zack, ils nous ont donné une assez grande marge de manœuvre pour plonger dans ces idées et les explorer. Nous l’avons développé et leur avons montré quelque chose qui leur a plu, ce dont j’étais heureux, car en fin de compte, cette petite partie du film est ma partie préférée. J’adore le moment où Flash remonte le temps.

Mais Zack avait une assez bonne idée des plans qu’il voulait, ainsi que des éléments de base de l’histoire et du contenu qu’il voulait, mais pour ce qui est de la manière spécifique dont nous avons rassemblé tout cela, ils nous ont donné une assez grande liberté de création pour aller explorer et créer quelque chose de cool pour eux.

Avec tout ce que vous avez ajouté dans le film ou sur lequel vous avez travaillé, quelle scène particulière vous a semblé la plus complexe ou la plus satisfaisante et gratifiante ?

Bryan Hirota : Je dirais trois choses. Le rembobinage cosmique, j’aime bien, et je pense que c’est une belle conclusion de l’arc de Flash dans l’histoire aussi. Je trouve que c’est visuellement très chouette. J’aime le fait que nous ayons eu la chance de faire l’ouverture du film, où nous revisitons la mort de Superman. Parce que nous n’avions jamais abordé Doomsday dans BvS, et nous avons récupéré l’atout Doomsday dans les archives de Warner Brothers pour recréer ce moment de BvS sous différents angles, puis nous avons suivi les cris de Clark pour réveiller les boîtes mères. Toute cette partie était cool ; elle a permis d’établir ce qu’est le film et qui en sont les acteurs clés. Je me suis senti chanceux d’avoir pu y contribuer.

Enfin, bien que cela ait déroulé une grande partie du film, le remplacement de l’ancien Steppenwolf par le nouveau design de Steppenwolf était pour le bien du film. Le fait de ramener des séquences impliquant Steppenwolf qui avaient été coupées dans la version originale, comme la scène de torture sur la plage avec les Atlantes, l’a rendu plus menaçant. Il avait simplement beaucoup plus d’histoire.

Je pense que tu as aussi travaillé sur la mort de Silas. Les gens ont dit que la façon dont il est mort rappelle beaucoup la mort de Jon Osterman dans Watchmen. Était-ce fait exprès ou plutôt une coïncidence ?

Bryan Hirota : Un peu. Zack et DJ ont pensé que ça pourrait être quelque chose comme la naissance du Dr. Manhattan, donc c’était définitivement une pierre de touche comme idée. C’est l’une des choses auxquelles nous avons pensé pendant le développement. Je pense qu’une chose un peu différente est que Silas a un gros plan où sa peau bouillonne comme à l’intérieur d’un micro-ondes et où des petits bouts de ses cheveux prennent feu et tout. Je pense que la mort de Silas est un peu plus grossière que dans Watchman, mais il y a des nuances dans ce film.

En général, lorsque je termine les entretiens, j’aime donner à la personne interrogée l’occasion de partager quelque chose qui ne lui a peut-être pas été demandé auparavant.

Bryan Hirota : Je suis juste très heureux pour Zack et Debbie qu’ils aient eu la chance de faire ça, que ça ait été diffusé et que les gens aient aimé ça. Parce que ce sont tous les deux des gens adorables, et les circonstances qui ont entouré tout ce qui s’est passé avant ça étaient vraiment terribles. Les voir avoir la chance de revenir et de terminer le film comme ils le voulaient, et qu’il soit aussi bien accueilli par les critiques et le public, c’est une très belle histoire.

Qui aurait pu penser que ça deviendrait une chose ? Je pense que c’est génial, et je suis heureux pour eux.

Suivant :La Ligue des Justiciers de Zack Snyder : Toutes les fins, tous les cliffhangers et toutes les mises en place sont expliqués.

Partager

Partager

Tweet

Commentaire

Chloe Zhao The eternals

Tout ce que l’on sait sur le film Eternals de Marvel

Sujets connexes

Cet article a été rédigé par Mansoor Mithaiwala et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.