Menu Fermer

La Quatrième Dimension : les 15 épisodes les plus effrayants, classés par ordre d’importance | ScreenRant

Le film de Rod Serling La zone de crépuscule est célèbre pour avoir élevé les genres de la science-fiction et de l’horreur, souvent sévèrement jugés, grâce à des acteurs convaincants et des thèmes passionnants. La plupart des rebondissements ironiques qui ont fait la renommée de la série donnaient des leçons de morale, mais aussi des commentaires sociaux acérés, qui n’auraient pas été acceptés à l’époque. L’anthologie était impitoyablement observatrice et imaginative, influençant d’innombrables successeurs.

RELATED :10 guest stars dont on a oublié l’existence dans The Twilight Zone

Cependant, malgré toute la maturité thématique de la série, elle n’a jamais oublié de divertir légitimement. En outre, de nombreux épisodes ont été ancrés dans le sol dans le but particulier de terrifier. L’horreur prospère lorsque les téléspectateurs s’investissent, et The Twilight Zone présentait déjà des performances solides, du réalisme et une créativité audacieuse.

Mis à jour le 24 août 2021 par Tanner Fox : Bien qu’elle ait été annulée il y a près de cinquante ans, la version originale de La Quatrième Dimension a jeté les bases de la télévision d’horreur et inspiré plus d’un certain nombre de tropes du cinéma d’horreur. Si divers spin-offs et reboots ont été tentés, aucun n’a réussi à usurper la série originale de Rod Serling.

Les amateurs d’horreur d’aujourd’hui n’y verront peut-être pas grand-chose, mais certains épisodes de La Quatrième Dimension étaient incroyablement effrayants lorsqu’ils ont été diffusés pour la première fois. En fait, certains d’entre eux sont encore assez troublants, même après cinq décennies.

15 The After Hours (Saison 1, Episode 34)

De nombreux épisodes de la célèbre émission d’anthologie implique l’épiphanie que la réalité et le but du protagoniste ne sont pas ce qu’ils semblaient être au départ. Cet épisode à suspense corrompt le décor d’un grand magasin ordinaire. Plutôt que la claustrophobie, le vide de sa taille est une force oppressante.

Des faux-fuyants concernant le personnel alimentent l’étrange mystère de ce vaste lieu, alors qu’une femme cherche un dé à coudre en or. Outre l’exploration troublante d’un étage inconnu, elle se retrouve entourée de mannequins. Ces imitations figées de l’humanité sont intrinsèquement effrayantes, mais la révélation surnaturelle de l’histoire est tout aussi horrifiante.

14 Where Is Everybody ? (Saison 1, Episode 1)

Le tout premier épisode de The Twilight Zone à être diffusé, « Where Is Everybody ? », a donné un ton étrange à la série. Dans cet épisode, un amnésique se retrouve dans une ville apparemment abandonnée, bien que tout semble normal à part l’absence d’habitants. L’isolement a un effet profond sur lui et, à la fin, il est révélé que la ville était en fait une hallucination provoquée par le séjour prolongé de l’homme dans une chambre d’isolement destinée à le préparer à un voyage en solitaire vers la lune.

Cet épisode est rendu particulièrement effrayant par le brillant travail de caméra. De nombreuses scènes ultérieures suivent le personnage et sont filmées sous des angles bizarres pour induire chez le spectateur le même sentiment de terreur déconcertante que celui éprouvé par l’homme isolé.

13 The Dummy (Saison 3, Episode 33)

C’est une histoire familière et des poupées tueuses, comme les incontournables de l’horreur moderne que sont Anabelle et Chucky.On les retrouve dans de nombreux films et émissions de télévision. Tout comme les mannequins, ils sont déroutants en raison de leur ressemblance avec un visage humain. En outre, les mannequins ventriloques sont plus grands que la plupart des poupées et sont conçus pour émuler la sensibilité de tout acte.

Dans cette histoire, le protagoniste est aux prises avec l’alcoolisme et une carrière en déclin, et le mannequin ne prend jamais le contrôle ou ne semble pas sensible autrement que lorsqu’il est seul. Le public reste donc dubitatif tout au long du film, se demandant s’il ne s’agit pas d’un conte moral sur l’alcoolisme. Cependant, il ne fait aucun doute que la fin est un exemple d’horreur de premier ordre. Les railleries et les rires sont obsédants, et le twist de la fin est une piqûre visuelle au-dessus de la plupart des autres.

12 The Midnight Sun (Saison 3, Episode 10)

De nombreux épisodes de La Quatrième Dimension traitent de scénarios apocalyptiques et de l’effondrement de la société, mais peu d’entre eux étaient aussi sombres et insupportables que « Le soleil de minuit ». Dans cet épisode, deux femmes doivent survivre dans un appartement après qu’un phénomène étrange ait mis la Terre sur une trajectoire de collision avec le soleil. Les deux succombent apparemment à un coup de chaleur alors que les murs commencent à fondre, mais, dans un revirement surréaliste, les événements se sont révélés être un rêve.

RELATED :Les 10 meilleurs épisodes de La Quatrième Dimension dont vous ne vous souvenez peut-être pas

Les choses deviennent encore plus étranges lorsqu’il est révélé qu’en réalité, la Terre est en train de s’éloigner du soleil et que tout le monde a froid. L’épisode offre une position philosophique intrigante sur la fragilité de la vie sur Terre, et cela semble particulièrement poignant à l’ère moderne.

11 The Howling Man (Saison 2, Episode 5)

De façon assez surprenante, il s’agit d’une histoire sur le Diable. Étant donné le nombre incalculable d’histoires sur ce personnage, cela aurait dû supprimer l’originalité de l’épisode. Mais, bien que l’histoire ressemble un peu à une légende urbaine, elle n’en est pas moins unique.

Le hurlement lui-même est absolument glaçant. Plus qu’un simple récit religieux, il s’agit d’une histoire d’horreur captivante avec des performances convaincantes des acteurs et des décors exotiques mémorables pour la série.

10 Perchance To Dream (Saison 1, Episode 9)

Il n’est pas déraisonnable de relier cet épisode classique à la série d’horreur populaireUn cauchemar sur Elm Street. Ce sont des histoires conceptuellement identiques dans lesquelles un être horrible tente progressivement de tuer les protagonistes en les attaquant dans leurs cauchemars. Étant donné que de nombreux épisodes s’efforcent de faire preuve d’un réalisme saisissant, cet accent mis sur le surréel est à la fois rafraîchissant et astucieux.

De même, le fait que le protagoniste souffre d’un problème cardiaque alors qu’il est bien éveillé crée un suspense à rebours. Mais les cauchemars eux-mêmes sont vraiment troublants, et le décor de la fête foraine offre un sens de la malice cruellement ludique. L’épisode crée certainement une atmosphère d’étrangeté. Il s’agit simplement d’un principe puissant qui exploite le besoin naturel de dormir et le sentiment universel d’impuissance dans les cauchemars.

9 Eye of The Beholder (Saison 2, Episode 6)

Dans ce qui est sans doute l’un des épisodes les plus créatifs de la série classique d’anthologie de l’horreur, une femme subit une sorte de chirurgie réparatrice du visage et, bien qu’elle se révèle finalement d’une beauté conventionnelle, ses médecins considèrent l’intervention comme un échec.

Il s’avère que les humains de ce monde ont tous des traits faciaux étranges et déformés, bien qu’ils considèrent leur morphologie comme normale. L’épisode propose une critique claire du concept de beauté, et le fait que les visages des acteurs ne soient pas montrés avant la révélation choquante constitue l’un des moments les plus choquants de la série.

8 The Hitch-Hiker (Saison 1, Episode 16)

Les routes isolées peuvent être très intimidantes. Les conducteurs sont coupés de toute assistance, et l’inconnu est toujours intimidant. D’ailleurs, le concept de l’auto-stoppeur terrifiant a été utilisé dans d’innombrables films et séries télévisées. Mais, dans ce cas, il s’agit d’une figure fantomatique plutôt que d’un tueur instable. Son approche progressive est totalement oppressante et sinistrement surnaturelle.

La protagoniste est complètement livrée à elle-même après un accident de voiture, ce qui ajoute de la vulnérabilité et de la sympathie. De plus, l’intention de l’histoire est un mystère efficace, et elle est totalement imprévisible. En fin de compte, il s’agit d’une histoire de traque intelligente, avec une fin profonde que les fans d’horreur ont vu reproduite dans des films emblématiques axés sur le paranormal.

7 Night Call (Saison 5, Episode 19)

Le célèbre auteur Richard Matheson, connu pour Je suis une légendea écrit une poignée d’épisodes vraiment efficaces de la série. Cet épisode est l’un des nombreux trésors sous-estimés de La Quatrième Dimension.. Il s’agit de l’un des récits les plus strictement paranormaux, s’abstenant de certains des éléments fantastiques et de science-fiction inclus dans de nombreux autres épisodes. En tant que tel, il peut être plus difficile à supporter pour certains téléspectateurs.

Une femme âgée et fragile reçoit une série d’appels téléphoniques effrayants, et aussi simple que soit la prémisse, elle est carrément terrifiante. Le mystère et la confusion combinés à l’âge vulnérable et à l’isolement de la protagoniste font de ce film une histoire de fantômes mémorable. Les acteurs sont brillants, le rythme est soutenu et la caméra est intelligente.

6 Mirror Image (Saison 1, Episode 21)

Il y a quelque chose de fondamentalement déconcertant dans le concept de sosie. Il viole l’idée que nous sommes tous uniques, et la ressemblance est automatiquement envahissante et inattendue. Une telle imagerie creuse également la dualité de la nature humaine. Ce thème visuel effraie encore le public aujourd’hui, comme en témoigne le film Nous.

Une femme qui attend un bus croit que son double cherche soudainement à la remplacer pour survivre. Une mise en scène astucieuse capture le mystère dans des circonstances vraiment étranges, ce qui accroît l’horreur tout au long du film. Les rencontres avec le double ne sont d’abord que des allusions, des moments suspects, mais elles évoluent lentement vers des confrontations cauchemardesques vraiment efficaces.

5 The Shelter (Saison 3, Episode 3)

Il y a peu de choses plus effrayantes qu’une foule désespérée, les êtres humains ayant recours à une cruelle impitoyabilité lorsque leur survie est en jeu. Dans cet épisode mémorable, Serling explore cette dichotomie en organisant d’abord une fête d’anniversaire enjouée. Puis, lorsqu’une attaque nucléaire est annoncée à la radio, le tic-tac de l’horloge rend le suspense absolument tangible. L’urgence panique est implacable, et il devient évident qu’une seule famille a préparé un abri anti-bombe.

La lutte pour cet espace provoque tout, du racisme à une foule féroce. Rien ne pourrait être plus approprié que de priver les personnages de leur fin apocalyptique. Cela les oblige à faire face à leurs actions, à révéler leurs plus profondes failles. Les acteurs et l’écriture sont tout simplement brillants.

4 Twenty Two (Saison 2, Episode 17)

Cet épisode a des influences très distinctes sur le Destination finale en particulier le premier épisode. L’histoire est celle d’une femme qui est tourmentée par un cauchemar récurrent où elle est invitée à la morgue. Au début, on ne sait pas si la fatigue pour laquelle elle a été hospitalisée est à l’origine de ces sombres visions.

RELATED :10 faits sur les coulisses du tournage de Destination finale (2000)

En fin de compte, la protagoniste évite un accident d’avion mortel parce que des indices de sa vision apparaissent dans la vie réelle. En particulier, l’infirmière hantée de son cauchemar est l’hôtesse de l’air qui l’accueille à bord de l’avion. L’esthétique des histoires de fantômes alimente l’atmosphère de l’épisode. Les cauchemars récurrents ne semblent pas naturels avec leurs routines, et l’épisode capte vraiment cette aura de mystère et d’horreur obscure.

3 Living Doll (Saison 5, Episode 6)

Eh bien, la source de l’horreur est juste là, dans le titre. Il n’y a pas de mystère dans cet épisode : Talky Tina, qui est peut-être la menace la plus emblématique de la Twilight Zone, est incontestablement sensible. Mais le véritable point central est le drame familial, impliquant le beau-père particulièrement grossier qui obtient sa punition.

Parce qu’il est stérile, le beau-père en veut à sa belle-fille et la désapprobation terrifiante de Talky Tina face à l’hostilité non provoquée de cet homme ne fait qu’exacerber les choses. L’invulnérabilité de Talky Tina peut être horrifiante, mais ce n’est qu’un moyen d’aborder la cruauté du beau-père et, dans La Quatrième Dimension, de telles choses restent rarement impunies. Cet épisode offre de superbes performances, des thèmes délicats et intrigants, et de nombreux frissons surnaturels. Sans aucun doute, il s’agit de la quintessence de la série originale La Quatrième Dimension.

2 The Masks (Saison 5, Episode 25)

Un homme riche à l’article de la mort reçoit la visite de sa famille proche. Après avoir essayé en vain d’exposer leurs défauts, il les oblige à participer à une étrange cérémonie au cours de laquelle ils doivent porter des masques hideux et déformés censés être le reflet de leur personnalité. Le riche vieillard succombe à son état sur le coup de minuit, et tous les membres de sa famille retirent leurs masques pour découvrir que leurs visages sont désormais déformés et ressemblent aux visages qu’ils portaient.

Bien qu’il ne soit pas ouvertement choquant, « The Masks » est le genre de série subtilement sinistre qui gardera les spectateurs éveillés bien après minuit.

1 Nightmare At 20,000 Feet (Saison 5, Episode 3)

Considéré comme l’un des meilleurs épisodes de La Quatrième Dimension, selon IMDb.L’épisode « Cauchemar à 20 000 pieds » joue sur la phobie commune des voyages en avion. Dans cet épisode, un homme ayant une peur intense de l’avion voit un monstre ressemblant à un yéti marcher sur l’aile de l’avion dans lequel il est assis. Ne parvenant pas à convaincre les passagers de ce qu’il voit, il finit par prendre les choses en main en ouvrant la sortie de secours et en tentant d’abattre la bête.

Cela peut sembler banal par rapport aux normes actuelles, mais « Cauchemar à 20 000 pieds » induit un étrange sentiment de paranoïa et de malaise chez le spectateur, et il présente l’une des frayeurs les plus efficaces de toute l’horreur rétro.

NEXT : Les 5 meilleurs (et 5 pires) épisodes de La Quatrième Dimension, selon IMDb

Cet article a été rédigé par Anthony Fertino et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.