Menu Fermer

Le copycat du Joker a exposé le gros problème de ses crimes modernes.

Avertissement : contient des discussions sur la violence et des thèmes dérangeants.

Alors queJoker est peut-être le seul et unique Clown Prince du Crime, mais il est aussi une icône culturelle, ce qui garantit plus ou moins que des imitateurs de super-vilains surgiront pour se prélasser dans sa gloire réfléchie. L’un de ces imitateurs est l’Homme qui Rit, mais ce méchant tordu a révélé un problème majeur dans la représentation de l’ennemi juré de Batman.

Né Norman S. Rotrig et originaire de France, l’Homme qui Rit est affectueusement et pratiquement reconnu comme le Joker français. Pourtant, son histoire est bien plus complexe que le fait d’être… juste une autre copie du Joker. Norman a été élevé par son père après la mort de sa mère lors de l’accouchement. De plus en plus obsédé par les écrits de Victor Hugo, son père décide de créer un art vivant, avec son fils comme matière première. De la même façon que le Joker a retiré son propre visage, le père de Norman a donné à son fils un sourire permanent. La douleur et le traumatisme qui en ont résulté ont poussé Norman à devenir un criminel surréaliste.

En rapport :Harley Quinn s’empare des plus belles couvertures de Batman et du Joker dans un nouvel art DC

Batman &amp ; Robin #26 de David Hine, Greg Tocchini et Andrei Bressan se termine avec l’Homme qui Rit qui se venge de son vieux père. Adoptant le penchant de son père pour transformer les gens en œuvres d’art, Norman déconstruit sa victime, stockant ses organes encore connectés dans diverses cuves programmées pour le maintenir en vie aussi longtemps que possible dans une installation cachée que même le plus grand détective du monde ne trouvera jamais. Tant que ces machines continueront à fonctionner – probablement longtemps après que Les morts respectives de Batman et du Joker – Le père de Norman est contraint de regarder en boucle les films familiaux et de réfléchir à la façon dont il a maltraité son fils.

Le crime de L’homme qui rit est sadique, mélodramatique et d’une ironie sombre, et présente toutes les caractéristiques d’une grande (bien qu’inquiétante) histoire du Joker. La force du Joker en tant que personnage est qu’il est le plus intéressant lorsque ses crimes sont ciblés et personnels envers une seule personne, tout comme ceux de Norman envers son propre père. Les crimes les plus calculés et les plus convaincants du Joker sont souvent orientés vers une tentative de prouver un point à une seule figure comme Batman ou le commissaire Gordon, comme on le voit le plus souvent dans The Killing Joke. C’est à ce moment-là que le Joker est le plus terrifiant et le plus fascinant – lorsqu’il utilise ce que Dick Grayson a décrit comme étant son « attention grincheuse et effrayante aux détails ».

Le Joker perd son facteur d’intrigue lorsque ses crimes deviennent plus larges, ne visant personne en particulier, mais plutôt une masse de personnes à la fois, comme dans les cas suivants ses pitreries dans La Guerre du Joker ou des actes infâmes comme le meurtre de la totalité de Gotham City. Les crimes plus larges du Joker ne sont pas nécessairement mauvais ou ennuyeux, mais il perd sa spécificité lorsqu’il s’inscrit dans un rôle de super-vilain plus grand. En tant que tueur en série tordu qui traque les rues de Gotham, le Joker est l’une des figures les plus inquiétantes de la culture populaire. Cependant, en tant qu’opérateur à grande échelle, il a tendance à perdre son charme.

Cela ne veut pas dire que le Joker doit être limité, mais que son potentiel terrifiant est d’autant plus effrayant lorsqu’il se concentre sur une cible spécifique. Le Joker est le plus terrifiant quand il se cache sous le lit, pas quand il bombarde la ville. Dans ce numéro, l’homme qui rit ressemble plus au Joker que ne l’a fait le vrai Joker de mémoire récente, libérant une personnalité et une créativité réservées aux meilleures fictions d’horreur.

Suivant :La forme de dieu grec du Joker n’est pas aussi puissante que les fans l’attendaient.

Cet article a été rédigé par Joe Anthony Myrick et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.