Menu Fermer

Le Dandadan de Shonen Jump donne au Basilic de Harry Potter une tournure plus sombre.

Avertissement ! Spoilers sur le chapitre 38 de Dandadan !

Un ver de la mort mongolien ou Kuragari en anglais. Shonen JumpDandadan de Lord Voldemort prend le Basilic de Lord Voldemort de Harry Potter Et La Chambre des Secrets à un tout nouveau niveau de noirceur.

La caractéristique principale que les deux bêtes partagent – outre leurs corps massifs et serpentins – est qu’elles sont obligées de se fier à leur ouïe pour chasser. Le Kuragari de Danadan est un cryptide vermiforme mangeur d’hommes qui est aveugle par nature, ce qui l’oblige à dépendre des sons qui se réverbèrent sur diverses surfaces pour localiser ses proies. Bien sûr, Le Basilic de Voldemort pouvait à l’origine voir, mais il a perdu cette faculté lorsque Fawkes, le phénix de Dumbledore, lui a arraché les yeux. La cécité du Basilic, cependant, devient une caractéristique si déterminante dans son combat contre Harry que le fait qu’elle lui ait été infligée n’a aucune importance. Alors que le monstrueux serpent de Harry Potter utilise toutes les formes de son pour localiser le sorcier éponyme, le Kuragari de Dandadan ne peut entendre que certaines réverbérations lorsqu’il chasse les héros Momo Ayase, Jin « Jiji » Enjoji et Ken Takakura alias Okarun au chapitre 38.

En rapport :L’arc du traître de My Hero Academia ignore un conflit majeur.

La différence entre le ver de la mort et le basilic explique en partie pourquoi Dandadan a été classé 18+. Au lieu de pétrifier ses victimes comme le serpent géant d’Harry Potter, le Kuragari pousse certaines de ses proies à se suicider. Au cours de l’attaque incessante du ver de la mort, Jiji doit non seulement faire face au cryptide trop massif, mais aussi à ses amis Momo et Okarun qui tentent désespérément de mettre fin à leurs jours. Bien que Dandadan n’ait pas encore expliqué pourquoi Jiji n’est pas affecté par ce phénomène, les lecteurs supposent que cela a quelque chose à voir avec le fait qu’il n’a pas de pouvoirs surnaturels. Pendant ce temps, Momo est un médium spirituel et Okarun possède actuellement toutes les parties d’un corps humain.esprit problématique connu sous le nom de « Turbo Granny ». sauf sa conscience, qui réside dans une statue de chat.

L’arc entier impliquant le ver de la mort Basilisk-esque est l’un des nombreux incidents aléatoires parsemés…à travers Dandadan. Dans la continuité du manga, qui n’identifie pas de « grand méchant » contrôlant les esprits malveillants et les extraterrestres que Momo et Okarun doivent combattre, la seule raison pour laquelle Momo et Okarun se battent contre le ver de la mort est que Jiji, le premier petit ami de Momo, apparaît un jour par hasard et demande à Momo d’utiliser ses pouvoirs surnaturels pour enquêter sur sa maison qu’il soupçonne d’être hantée.

Mais tout comme la façon dontDandadan est de plus en plus connu pour son incapacité à enchaîner des événements aléatoires apparemment sans rapport entre eux, la caractéristique troublante qui sépare son ver de la mort du Basilic de Harry Potter renforce l’une des meilleures caractéristiques du manga : les relations fortes entre ses personnages. Le dernier développement de la romance intrigante de la série – qui commence à ressembler à un triangle amoureux inégal plus un – comprend la friction entre Jiji et Okarun. Bien que les deux personnages soient amoureux de Momo, Okarun ne trouve pas le moyen de détester son récent rival – et ce n’est pas faute d’essayer. Et ce, malgré le fait que Jiji est un dragueur trop beau et qu’Okarun surprotège Momo puisqu’elle est sa première véritable amie. Cet échec peut être attribué au fait que Jiji est inhabituellement gaffeur et amical malgré sa personnalité de sportif. Il était inévitable que lui et Okarun deviennent rapidement amis et qu’ils se chamaillent sur des sujets absurdes, comme celui de savoir qui aime le plus Momo, par des moyens encore plus ridicules et ambivalents, comme essayer de surpasser l’autre en se basant sur les qualités de Momo qu’ils aiment le plus, comme si cela pouvait aider l’un ou l’autre.

Kuragari de Dandadan renforce cette dynamique à travers les tentatives de Jiji d’empêcher Okarun de se suicider, une compulsion que le ver de la mort lui impose, prouvant que la relation de Jiji avec Okarun est légitime au même titre que son personnage trop amical. Comme Okarun, les lecteurs ont du mal à ne pas aimer Jiji – et le ver de la mort. Le ver de la mort à la Harry Potter rend les choses plus difficiles.

Suivant :Le nouveau méchant de Dragon Ball Super vient de renforcer la puissance d’une menace de DBZ.

Cet article a été rédigé par Steven Blackburn et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.