Menu Fermer

Le marché de la drogue d’Instagram peut facilement piéger les mineurs, montre une recherche.

Instagram est au centre d’une nouvelle tempête, et celle-ci révèle à quel point il est facile pour les adolescents utilisateurs de la plateforme de trouver des drogues et met également en lumière les mesures de protection extrêmement inefficaces mises en place par la société. Ce n’est pas la première fois qu’une étude d’investigation expose les dessous sombres d’un marché de la drogue florissant sur la plateforme. À de multiples reprises, des enquêtes menées par des organes de presse, des militants et même des autorités chargées de l’application des lois ont révélé la facilité inquiétante avec laquelle il était possible d’acheter et de vendre des drogues sur la plateforme.

Et même les comptes appartenant à de jeunes utilisateurs qui devraient bénéficier d’une certaine forme de protection contre l’approche de mauvais acteurs ne sont qu’à quelques mots-clés de tout un univers de commerce d’opioïdes en ligne. Plus tôt cette année, la Drug Enforcement Administration des États-Unis a averti ces plates-formes de médias sociaux populaires sur la catastrophe de la drogue qu’ils jouent un rôle central dans l’alimentation. Il semble que le bilan troublant d’Instagram va se poursuivre.

En rapport :Instagram va permettre aux parents de surveiller et même de verrouiller les comptes de leurs enfants

Une étude approfondie Projet Tech Transparency (TTP) a révélé que non seulement Instagram abrite un marché de drogues illégales en pleine effervescence, mais que ses systèmes permettent apparemment de passer plus facilement outre les restrictions mises en place. L’organisme à but non lucratif a mis en place de multiples comptes de test appartenant à des utilisateurs âgés de 13 à 17 ans. Pour rappel, Instagram a récemment annoncé que tous les comptes appartenant à des utilisateurs de moins de 16 ans seront défini comme privé par défautIl existe également des restrictions supplémentaires concernant l’accès des jeunes utilisateurs aux DM. L’organisme de surveillance rapporte qu’il suffit de deux clics pour qu’un compte appartenant à un jeune de 13 ans trouve une vente de drogue en ligne active et entre éventuellement en contact avec un vendeur.

Mais ce n’est que la pointe du problème ici. Instagram a commencé à recommander des comptes plus problématiques dès qu’un utilisateur mineur d’Instagram suivait un compte utilisé pour colporter des drogues comme le Xanax, le Fentanyl ou l’Adderall. L’enquête a également révélé qu’il existe de multiples comptes qui dirigent les utilisateurs vers des vitrines de pharmacies en ligne louches. En outre, le fait de suivre un compte problématique a également entraîné de multiples appels téléphoniques non sollicités de vendeurs de drogue.Alors qu’Instagram bloque les hashtags dangereux, son propre algorithme suggère des variantes pour contourner l’obstacle. Les conclusions sont terrifiantes, surtout quand on sait que Meta voulait créer un produit séparé « Instagram pour les enfants ». Mais grâce à un retour de bâton massif, l’entreprise a dû mettre le projet sur la glace.

« Instagram a supprimé le hashtag #mdma, pour la drogue festive MDMA ou ecstasy. Mais lorsqu’un de nos comptes d’adolescents a tapé #mdma dans la barre de recherche d’Instagram, la plateforme a rempli automatiquement des hashtags alternatifs pour la drogue, y compris #mollymdma, qui incorpore « molly », un terme argotique pour MDMA », indique le rapport. La situation est tellement mauvaise que certains mauvais acteurs ont ouvertement inscrit des noms de drogues sur leur page de profil et aucune mesure punitive n’est prise à leur encontre. Un autre problème sérieux L’enquête a révélé que la politique d’Instagram consistant à rendre les comptes des jeunes utilisateurs privés par défaut est une tâche à moitié accomplie. Les comptes créés à l’aide de l’application étaient définis comme privés, mais ceux créés à l’aide du site web continuaient à avoir un profil visible publiquement.

Suivant :Instagram encourage désormais les utilisateurs à créer des fonds.

Source : Projet Tech Transparency

Cet article a été rédigé par Nadeem Sarwar et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.