Menu Fermer

Lumière comme une plume saison 2 examen | Écran Rant

C'est la même chose pour la saison 2 du drame pour adolescents surnaturel de Hulu, Light as a Feather, qui reprend son histoire peu de temps après les événements étranges et quelque peu compliqués qui ont mis fin à la première saison de la série. Mais bien que la série prenne sagement du temps à divulguer des détails supplémentaires sur ses tendances surnaturelles – en particulier la malédiction qui continue de tourmenter McKenna (Liana Liberato), Alex (Brianne Tju) et Violet (Haley Rahm) – la série s'en tient néanmoins à Ce qu’elle fait de mieux: offrez un scénario récurrent plus soucieux de la dynamique sociale d’un groupe d’adolescents que des terreurs d’un autre monde qu’ils ont invoquées au cours d’un jeu apparemment anodin et qui porte le nom de la série.

À cette fin, Light as a Feather saison 2 s'efforce de maintenir le statu quo établi lors de la saison 1, en équilibrant son récit et sa structure ressemblant à Pretty Little Liars avec quelque chose de plus dans le style de ce qui semble désormais disparu (mais probablement bientôt bientôt). redémarré) Franchise Destination finale. La dernière partie de l'équation de la série doit prendre le pas sur les préoccupations des adolescents au début de la saison, car la série utilise une méthode de narration novatrice qui met plus ou moins la table pour l'avenir. Cela signifie que la saison consacre ses trois premiers épisodes à l’alignement de ses personnages, de sorte que l’horreur parfois négligée de la série soit prête à commencer.

Plus: The Boys Review: Amazon libère un sanglant, Fun,

En tant que tel, la première moitié de la saison 2 est consacrée au rechapage d'un territoire familier, bien que légèrement modifié. La chrysalide qui pousse sur le dos du "ça" du groupe qui a joué par erreur "la lumière comme une plume, raide comme un tableau" rend maintenant la vie misérable à McKenna, la forçant à jouer au jeu par tous les moyens nécessaires, y compris provoquer un accident presque fatal qui a presque coûté la vie à sa mère. Pendant ce temps, la communication continue et probablement mal avisée de Violet avec Violet lui permet de prendre une décision capitale annulant l’un des plus grands moments de la première saison. Bien que sa décision soit positionnée comme le dernier acte d’une personne désespérée, elle ne fait qu’aplanir les inquiétudes quant au caractère délibéré de sa fonction et au maintien des prémisses de la série.

Il s’avère qu’une telle maintenance narrative est en quelque sorte une épée à double tranchant, car elle permet de remettre la série sur les rails et de l’utiliser pour utiliser son élément surnaturel particulier, mais elle démontre également, un peu trop facilement, à quel point la série est limitée. la vanité est en réalité. C’est une chose de livrer une saison télévisée effrayante dans laquelle la plupart des personnages principaux de l’émission sont tués, mais c’est une autre chose d’essayer de tenter le même tour deux fois. Le résultat est alors que la lumière comme une plume retourne à sa raison d'être, mais voit des rendements décroissants dans le processus.

Cela ne veut pas dire que la saison 2 n'a pas quelques nouvelles astuces dans sa manche. D'une part, la série présente Adriyan Rae (Atlanta) en tant que Peri, qui s'intéresse rapidement au jeune Alex, qui est occupé à s'occuper de l'arrivée de sa soeur aînée dominante, April (Alisa Allapach). Pendant ce temps, le spectacle accueille également les nouveaux arrivants Luke (Alex Wassabi), Ridge (Froy Gutierrez), Nadia (Kira Korsarin) et Sammi (Katelyn Nacon). La plupart d'entre eux se retrouveront, sans surprise, mêlés à un jeu mortel. apporté par McKenna.

Il faut un certain temps pour s’habituer au nouveau sang, mais la série fait de son mieux pour trouver pour les adolescents des raisons d’interaction suffisamment naturelles pour que le public ne se moque pas de l’évidence de la mise en scène. Mais cela fait partie intégrante du genre dans lequel se trouve Light as a Feather et, en tant que tel, peu de temps après l’introduction des nouveaux enfants, certains téléspectateurs pourraient se demander qui va y aller en premier et de quelle manière horrible. À cet égard, les efforts déclarés de la saison 2 pour revenir dans le vif du sujet portent leurs fruits plus tôt que prévu, mais tout comme la saison 1, l'histoire finit par basculer dans un territoire complexe pour faire monter les enchères et rendre le scénario plus significatif. les principaux acteurs.

Et encore une fois, tout comme dans la saison 1, cela se traduit par le fait que Light as a Feather joue rapidement avec les règles de sa propre mythologie. Bien que cela fasse quelques surprises, le public peut parfois se sentir un peu trompé alors que le spectacle contourne ses propres règles pour pouvoir lancer ceux qui regardent une courbe. Mis à part ces inconvénients, la saison tire une bonne partie de son kilométrage des performances de Liberato, Tju et Ramm. En particulier, ce dernier est bien adapté à la noirceur pour démontrer à quel point Violet est prête à mettre ses besoins en premier, préparant ainsi le terrain pour que le cycle violent de la saison 1 recommence à zéro.

Même s'il ne plaira probablement pas à ceux qui ne consomment pas régulièrement les offres de Freeform, Light as a Feather saison 2 divertira néanmoins les fans de la saison 1, même si les nouveaux épisodes sont pour la plupart plus ou moins identiques.

Suivant: Orange, la nouvelle saison 7 de Black Review: la série touche à sa fin

Une lumière comme une plume se jette exclusivement sur Hulu à partir du vendredi 26 juillet.