Menu Fermer

Seinfeld : 12 grandes citations dont personne ne parle | Screen Rant

L’un des sitcoms les plus cités de tous les temps, les meilleures répliques de Seinfeld ont transcendé l’émission et sont des icônes de la culture pop. Mais, cela ne signifie pas que les lignes de moindre qualité de l’exposition méritent d’être perdues avec le temps.

Avec Larry David comme scénariste en chef, . C’est un défaut de caractère qui reste pertinent, même dans d’autres séries télévisées plus modernes.

Bien avant que le terme « FOMO » – fear of missing out – n’entre dans le lexique national,Jerry a parfaitement résumé ce sentiment d’inquiétude et de désespoir en essayant de trouver sa voiture dans « Le parking ». Cette citation illustre également ce que beaucoup vivent au quotidien dans une ville animée. Avec tant d’options, il est difficile de ne pas penser qu’il y a toujours quelque chose de mieux à faire de son temps.

Il reflète également le fardeau que représente le maintien des apparences dans les groupes d’amis et les cercles sociaux. Il est impossible de passer une soirée discrète ou une nuit tranquille quand des amis ou des rivaux sont en train de faire la fête.

La bande part en week-end dans les Hamptons, mais les choses tournent mal lorsque Rachel, la petite amie de Jerry, surprend George nu. S’arrêtant dans l’embrasure de la porte pendant un temps inconfortablement long, elle s’excuse en ricanant. George, sidéré, s’écrie à plusieurs reprises « J’étais dans la piscine ! ».

RELATION : 10 personnages de Seinfeld qui n’ont jamais eu la chance de briller

L’ego de George est facilement meurtri, et cette rencontre est un coup dont il ne se remettra pas facilement. Aussi gênante que soit la rencontre, la tentative embarrassée de George de sauver la face est devenue l’une des répliques les plus mémorables de Seinfeld.

« Mardi n’a pas de sensation. Le lundi a une sensation, le vendredi a une sensation, le dimanche a une sensation… » Collez Jerry, Kramer et Newman dans une scène ensemble, et l’hilarité est assurée. Dans l’épisode « The Sniffling Accountant », le trio joue le rôle de détectives privés et se retrouve coincé dans une voiture pour une mission de surveillance.

La citation de Newman est une réaction au commentaire de Kramer selon lequel la journée ressemblait à un mardi. Elle décrit de manière éloquente la lenteur des mardis, qui ne sont pas assez terribles pour évoquer les sentiments du lundi et qui sont loin d’être aussi excitants que la fin de la semaine. Les mardis sont dépourvus de sentiments.

L’une des répliques les plus mémorables de George Costanza est née après que Kramer ait réussi à décrocher un rôle très secondaire dans un film de Woody Allen. Chargé de prononcer la simple phrase « ces bretzels me donnent soif », Kramer se demande comment la prononcer.

George, au milieu de quelque chose qui ressemble à une crise existentielle, crie la ligne dans un bêlement désespéré. C’est hilarant, et l’idée que Kramer crie une phrase aussi inoffensive pour avoir une chance infime de devenir célèbre est peut-être plus drôle que tout.

Bien qu’elle ne soit pas exclusive à Jerry, l’expression « c’est une honte » est souvent associée à son personnage et à la série dans son ensemble. Si elle est parfois utilisée avec sérieux, elle est souvent utilisée comme un indicateur d’apathie ou pour se moquer des autres.

RELATION : 10 citations de Seinfeld qui prouvent qu’Elaine était la plus intelligente

Parmi les nombreuses citations de Seinfeld, « c’est une honte » est peut-être la plus utilisée par les fans. Une phrase parfaite pour le désintérêt passif-agressif, il n’y a pas de meilleure combinaison de trois mots à débiter lorsqu’un ami rencontre une circonstance malheureuse.

« Boxers ! Comment tu fais pour porter ces trucs ?! Regarde ça… ils se gonflent, ils remontent à l’intérieur ! Et il n’y a rien qui me tient en place ! Je suis en train de flipper ! Je tombe à l’eau ! » Seinfeld a abordé le débat houleux des caleçons contre les slips dans l’épisode « La femme chinoise » quand Elaine a suggéré à Kramer de passer aux caleçons puisque les slips sont censés causer l’infertilité. En changeant, Kramer se rend vite compte que les boxers ne fournissent pas le soutien qui vient avec les slips.

Kramer est le plus drôle dans Seinfeld. lorsque des circonstances atténuantes l’obligent à changer sa routine, et même quelque chose d’aussi simple que de choisir de nouveaux sous-vêtements s’est avéré être l’une de ses meilleures répliques dont personne ne parle.

Les critiques de George à l’encontre de la société trouvent leur origine dans l’épisode « Le restaurant chinois », après une rencontre désagréable avec une femme à une cabine téléphonique. Après avoir passé la totalité de l’épisode à attendre une table au restaurant, George se met en scène et exprime ses frustrations à qui veut bien l’entendre.

Aussi désuet que soit le concept de cabine téléphonique, la tirade de George est étrangement relatable, même aujourd’hui. « Nous vivons dans une société » a transcendé la série et est devenu un mème populaire. « Le restaurant chinois » est remarquable pour être le premier épisode où la série a perfectionné sa formule et a commencé l’ascension vers la grandeur. Avec des citations comme celle-ci, il est facile de comprendre pourquoi.

NEXT : 10 scènes de Seinfeld que les téléspectateurs aiment regarder encore et encore

Cet article a été rédigé par Christopher Armstrong et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.