Menu Fermer

Star Trek fait de Burnham et Saru les nouveaux Kirk et Spock de Discovery.

Star Trek : Discovery La saison 4 établit intentionnellement des parallèles entre le partenariat classique entre Kirk et Spock et Burnham et Saru dans l’ère moderne. S’écartant de la tradition de la franchise, le personnage principal de Star Trek : Discovery n’a pas commencé son voyage à l’écran en tant que capitaine du navire titulaire. Au contraire, Le Michael Burnham de Sonequa Martin-Green a réussi à passer du statut d’officier de Starfleet en disgrâce à celui de capitaine distingué du Discovery – et il lui a suffi de voyager dans le temps jusqu’à un futur lointain, de résoudre une apocalypse galactique et d’avoir une série de prédécesseurs qui sont morts et ont démissionné les uns après les autres.

Maintenant promue capitaine, les relations de Burnham à bord du Discovery changent – pour le meilleur et pour le pire – et aucune n’est plus importante en Star Trek que la dynamique entre un capitaine et son premier officier. L’exemple le plus classique, bien sûr, est le couple original de l’Enterprise des années 1960, composé de Capitaine James T. Kirk et son fidèle officier scientifique vulcain, M. Spock. Alors que Kirk jouait le rôle d’un franc-tireur audacieux et héroïque, le dévouement de Spock à la logique faisait de lui la voix de la raison, tempérant les instincts sauvages de son capitaine et empêchant l’Enterprise d’imploser dans une grêle de testostérone. Dans une démarche que Spock qualifierait de « fascinante » ou de « hautement illogique », Star Trek : Discovery tente maintenant de recréer la connexion Kirk-Spock avec Burnham et Saru.

En rapport :Star Trek : Discovery – Un autre incendie est-il possible ?

Ce n’est pas subtil non plus.Star Trek : Discovery saison 4La première de Discovery s’intitule « Kobayashi Maru » et fait largement référence à la simulation d’entraînement de Starfleet du même nom, que James T. Kirk a réussi à vaincre… en trichant. Le président du Discovery, Rillak, explique à Burnham que le Kobayashi Maru enseigne aux étudiants les pertes et les situations sans issue, comparant le scénario d’entraînement à l’opération de sauvetage du Discovery sur Beta Six. Tout comme Kirk plusieurs siècles auparavant (ou après, du point de vue de Burnham ?), le capitaine du Discovery refuse d’accepter l’issue inévitable du Kobayashi Maru, convaincu qu’il y a toujours un moyen de gagner, quelles que soient les chances. Star Trek : Discovery dépeint intentionnellement Burnham comme un capitaine de Starfleet à la Kirk, une rebelle qui ne se laisse jamais abattre et qui se moque des politiciens et des gros bonnets.

Le deuxième épisode de la saison 4 de Star Trek : Discovery (« Anomalie ») complète l’autre extrémité de l’équation en transformant Saru en un analogue de… Le Spock de Leonard Nimoy. Pour commencer, l’épisode permet à Saru de revenir sur le Discovery après son passage au conseil de Kaminar, puis de devenir le second commandant de Burnham. Pour la première fois, Burnham et Saru occupent les mêmes rôles dans Starfleet que Kirk et Spock, et la comparaison ne s’arrête pas là. Alors que Discovery enquête sur le grand méchant de la saison 4 – une anomalie gravitationnelle de 5 années-lumière de large – Burnham devient en conflit entre ses responsabilités de capitaine et son amour pour Booker. Tout comme Spock, Saru apporte une voix apaisante et mesurée au milieu du chaos.

Il rassure le capitaine Burnham sur le fait que son petit ami doit voler vers l’anomalie, puis l’encourage à être plus ouvert émotionnellement lorsque Booker a besoin d’être rassuré pour combattre ses hallucinations dues au deuil. Là où Spock avait si régulièrement le conseil parfait pour son capitaine (sauf pendant la saison de Pon Farr, bien sûr), Saru remplit rapidement ce rôle pour son propre commandant. Pour sceller l’affaire, Star Trek : Discovery donne même à Saru le célèbre titre de Spock, Burnham ayant décidé de l’appeler « Saru ». Premier officier « M. Saru » dorénavant. Bien que de nombreux officiers de Starfleet aient adopté des noms similaires, celui de Leonard Nimoy est le plus célèbre, surtout connu sous le nom de M. Spock dans Star Trek : la série originale.

Star Trek : Discovery place délibérément un miroir entre Kirk & Spock et Burnham & Saru, mais la dualité moderne ne sera pas aussi extrême que dans TOS. Bien qu’elle se soit adoucie au fil des saisons, Michael Burnham a passé une partie de ses années de formation à être élevée par des Vulcains – les propres parents de Spock, rien de moins. En conséquence, elle est beaucoup moins impulsive que James T. Kirk. De même, Saru n’est plus aussi rigide et formel que M. Spock après avoir suivi le processus Kelpien vahar’ai, ce qui signifie que lui et Burnham se rencontrent beaucoup plus souvent que Kirk et Spock, dont les batailles entre le cœur et l’esprit font partie de la légende. Bien queLe capitaine de Star Trek : Discovery Le parallèle entre le capitaine et le premier officier est un bel hommage au passé, mais la même relation ne fonctionnerait pas nécessairement à l’ère moderne. L’humour de Spock ne peut pas être amélioré après la performance intemporelle de Nimoy, et Kirk en 2021 serait annulé plus vite que Star Trek : Phase 2.

Plus :L’Android de la saison 4 de Discovery répète le twist de fin de Star Trek : Picard.

Cet article a été rédigé par Craig Elvy et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.