Menu Fermer

Thunder Force Critique du film : Le film de super-héros de Netflix n’atteint pas tout à fait son potentiel

De nos jours, l’industrie du divertissement est saturée de films de super-héros, qu’ils soient inspirés de bandes dessinées bien-aimées ou qu’ils proviennent d’idées totalement originales. Par conséquent, il est de plus en plus difficile pour les projets de super-héros de se démarquer sans une propriété intellectuelle bien connue. Il faut une accroche convaincante. La dernière incursion de Netflix dans ce domaine particulier de la science-fiction,Force du tonnerreThunder Force a certainement une idée intrigante qui pourrait attirer les spectateurs, et il a le pouvoir de la star pour démarrer avec les rôles principaux Melissa McCarthy et Octavia Spencer. Réalisé par Ben Falcone, le mari de McCarthy et collaborateur fréquent, Thunder Force présente des moments de folie délicieuse. Malheureusement, ils sont peu nombreux et espacés. Thunder Force souhaite donner une nouvelle tournure au film de super-héros et, bien qu’il soit prometteur, il retombe finalement en territoire conventionnel.

Le monde de Thunder Force ressemble beaucoup au nôtre, à l’exception de l’existence des « Miscreants ». Ces méchants sont les seuls à être dotés de capacités spéciales, et ils terrorisent la ville de Chicago depuis longtemps. La brillante Emily Stanton (Spencer) est déterminée à créer un moyen de donner des superpouvoirs aux gens normaux et bons depuis que ses parents ont été tués dans une attaque de mécréants quand elle était jeune. Sa concentration sur cet objectif est ce qui l’a éloignée de sa meilleure amie d’enfance, Lydia (McCarthy), une plouc pas très douée. Elles se retrouvent à l’âge adulte dans le nouveau laboratoire d’Emily où, dans une comédie d’erreurs, Lydia se fait accidentellement injecter le traitement censé donner à Emily une super force. Alors que Lydia s’habitue à ses nouveaux pouvoirs et qu’Emily n’a qu’un pouvoir d’invisibilité, elles doivent s’unir pour sauver leur ville des Miscreants.

En rapport :Le nouveau film de super-héros de Netflix fait honte à Avengers : Endgame et le gros Thor.

Bobby Cannavale et Jason Bateman dans Thunder Force

En termes de construction du monde, Thunder Force n’a pas à faire beaucoup d’efforts. Une ouverture à la manière d’une bande dessinée présente l’histoire de la création des Miscreants, une information qui est donnée efficacement et rapidement. Après avoir passé peut-être un peu plus de temps que nécessaire à mettre en place la première amitié entre Emily et Lydia (ainsi que leur brouille), Thunder Force passe à l’époque actuelle, où la véritable histoire commence. Le scénario, écrit par Falcone, est bizarrement rythmé. Par moments, les choses vont vite et l’action se déroule là où elle doit se dérouler. À d’autres moments, certains gags ou certaines scènes s’éternisent, ce qui donne une impression d’inégalité. Par exemple, le laps de temps qui s’écoule entre le moment où Emily et Lydia reçoivent leurs premiers traitements de super-pouvoirs et celui où elles font leurs débuts en tant que Thunder Force est peut-être plus long que prévu, et cela nuit à la possibilité pour McCarthy et Spencer de jouer les super-héros.

L’un des attraits de Thunder Force est qu’il met en vedette deux actrices dont on ne s’attendrait pas à ce qu’elles jouent dans un film de super-héros. En regardant McCarthy et Spencer à l’écran, il est clair qu’elles ont pris beaucoup de plaisir à se plonger dans ce genre bien exploré qui ne prend pas toujours en compte les femmes comme elles. Le sens de la comédie de McCarthy est plus aiguisé que jamais, et Spencer offre un beau contrepoids dans sa détermination à défendre la cause. De plus, il est vraiment amusant de voir les deux actrices s’attaquer à des rôles de super-héros. Les seconds rôles de Thunder Force sont remplis d’acteurs remarquables, notamment Jason Bateman dans le rôle d’un mécréant connu sous le nom de Crab. Littéralement, il a des pinces de crabe à la place des mains. C’est un rôle absurde, mais qu’il réussit parfaitement. La relation naissante entre le Crabe et Lydia est une touche de douceur dans le film. En outre, Bobby Cannavale et Pom Klementieff sont solides dans le rôle des deux autres principaux antagonistes, et Taylor Mosby offre une belle performance dans le rôle de Tracy, la fille d’Emily.

Melissa McCarthy and Octavia Spencer in Thunder Force (1)Melissa McCarthy et Octavia Spencer dans Thunder Force

Là où Thunder Force achoppe, c’est dans son incapacité à s’abandonner pleinement à son côté comique. Il y a des touches de ce côté, comme la façon dont le Crabe s’éloigne des confrontations comme le ferait un vrai crabe et lorsque Lydia est forcée de manger (à plusieurs reprises) quelque chose de répugnant en raison des changements dans son corps. Lorsque Thunder Force se penche sur l’absurdité, il se démarque vraiment. Malheureusement, il retombe trop souvent dans le style plus conventionnel des films de super-héros. On aurait aimé qu’il repousse un peu plus les limites de ce que ce type de film pourrait être. Les acteurs sont clairement prêts à tout, mais on a l’impression d’avoir raté une bonne partie de l’occasion.

Les fans du travail de McCarthy et Spencer trouveront certainement du plaisir dans Thunder Force, mais ils risquent de rester sur leur faim au moment du générique. Le principe aurait pu apporter un nouveau regard sur le genre super-héroïque, ce qui fait cruellement défaut de nos jours, mais il n’est pas à la hauteur des attentes. Ses actrices principales sont en grande forme, comme toujours, et elles sont soutenues par des interprètes dynamiques. C’est l’histoire qui a du mal à s’imposer, ainsi qu’une certaine réticence à se laisser aller de toutes les manières possibles.

Plus : Bande-annonce du film Thunder Force

Thunder Force commence à être diffusé sur Netflix le 9 avril 2021. Il dure 105 minutes et est classé PG-13 pour quelques actions/violences, du langage et des éléments suggestifs légers.

Notre évaluation :

2 sur 5 (Okay)

Dates de sortie clés

Thunder Force (2021)Date de sortie : 09 avr. 2021

Partager

Partager

Tweet

Commentaire

Godzilla vs kong Hollow earth carved rock hand

La statue de King Kong dans GvK ? La main de roche de Hollow Earth expliquée

Sujets connexes

À propos de l’auteur

Rachel Labonte
(1872 articles publiés)

Rachel LaBonte est une rédactrice de nouvelles et d’articles de fond pour Screen Rant, avec une profonde passion pour le cinéma et la télévision. Récemment diplômée de l’Emerson College, elle s’est spécialisée dans la production d’arts médiatiques et dans l’écriture de scénarios. Elle écrit depuis le lycée, où elle s’est rendu compte qu’elle était plutôt douée pour cela et a rejoint autant de clubs d’information sur le divertissement qu’elle le pouvait. Elle a notamment écrit pour le site Web Emertainment Monthly d’Emerson, et l’une de ses critiques de films a remporté le prix Evvy (prix décerné par les étudiants d’Emerson) de la meilleure critique. Son amour profond du cinéma l’a amenée à travailler dans un cinéma pendant cinq ans, ce qu’elle a adoré malgré les clients en colère. Lectrice passionnée qui achète constamment des livres avant de lire ceux qu’elle possède déjà, Rachel est une grande fan de super-héros (surtout de la variété Marvel) et de sorciers et ne pourra probablement jamais rattraper tous les films/émissions de télévision qu’elle désire regarder.

Plus de Rachel Labonte

Cet article a été rédigé par Rachel Labonte et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.