Menu Fermer

Venom et la connaissance du multivers de la ruche des symbiotes expliqués.

Avertissement : Cet article contient des spoilers sur Venom : Let There Be Carnage.

Le site Venom : Let There Be Carnage La scène de post-crédits a révélé que les symbiotes possèdent un esprit de ruche qui transcende le multivers. Pendant des années, on a spéculé sur le fait que Marvel et Sony finiraient par conclure un accord qui mettrait face à face le Venom de Tom Hardy et le Spider-Man de Tom Holland.Venom : Let There Be Carnage, la scène post-crédits. promet d’en faire enfin une réalité, avec le symbiote avaleur de langue transporté involontairement à travers le multivers, pour se retrouver à regarder des images du Spider-Man de Holland démasqué à la télévision. Les films de Sony sont officiellement confirmés comme faisant partie du Multivers du MCU, et Venom lui-même a sauté dans le MCU, son arrivée tombant à point nommé pour la sortie du film.Spider-Man : No Way Home.

Mais, alors que toute l’attention est concentrée sur le saut d’univers de Venom, le dialogue dans cette scène post-crédits est tout aussi important. Le symbiote admet cacher des choses à son hôte Eddie Brock, expliquant que « 80 milliards d’années-lumière de connaissances de la ruche à travers les univers exploseraient votre tout petit cerveau ». L’esprit de ruche des symbiotes a été mis en place dans le premier film, et correspond aux comics eux-mêmes, mais il y a quelque chose de nouveau ici ; l’idée que les symbiotes ont voyagé à travers les univers, ce qui suggère qu’ils ont connu des dimensions multiples. Dans le monde réel, l’univers observable est mesuré à seulement 13 milliards d’années-lumière, donc – en supposant que les symbiotes ont exploré la longueur et la largeur des univers qu’ils ont visités – Venom prétend que sa race a visité six lignes temporelles différentes ou plus.

En rapport :La fin de Venom 2 et la mise en place de l’univers de Spider-Man expliquées.

Naturellement, un grand nombre de ces idées sont développées à partir des bandes dessinées, bien que Sony soit susceptible de les faire évoluer dans une direction différente. Voici tout ce que vous devez savoir sur l’esprit de ruche du symbiote et ses connexions multiverselles.

Dans les bandes dessinées, l’origine des symbiotes a été maintes fois retracée et réécrite. L’histoire moderne prétend qu’ils sont antérieurs à la formation du multivers, car ils ont été créés par un… un être monstrueux nommé Knull à l’époque où l’univers était jeune. Surnommé le « Roi en noir », Knull vivait dans le vide avant le Big Bang et s’opposait avec véhémence à la création de la lumière. Il a mené une campagne presque victorieuse contre la lumière et la vie, empêchant le développement de la vie pendant des milliards d’années et, par conséquent, la naissance du multivers, car il n’y avait pas de créatures capables de faire des choix pour créer une réalité ramifiée. Knull a créé un royaume des ténèbres, avec une espèce de prédateurs symbiotiques conçus pour être ses serviteurs. Il a donné à ses créatures un esprit de ruche pour lui permettre de les contrôler, mais ce contrôle a fini par être rompu. Les symbiotes qui s’étaient liés à ceux qui avaient le cœur pur ont amené l’esprit de ruche à se retourner contre Knull, et ils l’ont emprisonné dans leur monde-trône « Klyntar » – le mot symbiote pour prison.

Se sentant coupables de leurs actions passées, les symbiotes se sont jurés de suivre une nouvelle voie. « Nous sommes l’esprit et l’âme du guerrier », a expliqué le Klyntar aux Gardiens de la Galaxie dans une bande dessinée, « mais nous avons besoin d’une forme pour agir selon ce que nous savons être les vraies voies d’une galaxie noble et vertueuse… Avec le bon hôte, nous avons la capacité de créer le guerrier noble ultime. Et à cause de l’équilibre délicat nécessaire, il y a très peu de membres de très peu d’espèces qui peuvent se montrer à la hauteur de ce que nous avons à offrir. Sans la situation parfaite, les résultats pourraient être et sont souvent quelque peu… monstrueux. » Si un symbiote n’est pas parfait, il peut être corrompu par la conscience de soi de son hôte et développer un esprit propre, se détacher de son hôte et devenir un voyou. La corruption fait office de cancer, se propageant dans la ruche et encourageant d’autres symbiotes à se détacher. En conséquence, les Klyntar ont acquis une mauvaise réputation dans la galaxie, même si leur intention centrale reste noble.

Il est difficile de dire à quel point les symbiotes de Venom : Let There Be Carnage correspondent à ceux des comics, et il est certainement prématuré à ce stade d’espérer un aperçu de Knull dans un futur proche. Néanmoins, le officielVenin BD prélude a confirmé que ces symbiotes sont originaires de la planète Klyntar, bien qu’il n’ait pas donné de véritables détails sur leur monde d’origine. Venom : Let There Be Carnage laisse entendre que les symbiotes pourraient bien provenir d’un tout autre univers, l’esprit de la ruche explorant différentes branches du multivers et y envoyant ses graines à la recherche de la vie. Venom a révélé qu’un vaisseau de symbiotes se dirige vers la Terre dans la réalité d’Eddie Brock, une comète découverte par la Fondation pour la vie qui abritait des millions de symbiotes. On peut supposer que ces vaisseaux étaient dispersés dans toutes les dimensions, l’esprit de ruche permettant aux symbiotes de chaque vaisseau d’apprendre de leurs semblables dans différentes lignes temporelles. Cela expliquerait comment Venom a accumulé tant de connaissances qu’il « ferait exploser ton petit cerveau ».

En rapport :Pourquoi Venom 2 rétablit un événement majeur du cinéma Marvel

Il est intéressant de noter que l’esprit de ruche multiversel crée potentiellement un fil narratif commun entre les films Venom et…Spider-Man 3. Dans ce film, une météorite contenant un seul symbiote s’est écrasée près de Peter Parker alors qu’il passait du bon temps avec MJ et s’est accrochée à son véhicule. Venom (joué par Topher Grace). Si ce symbiote particulier était effectivement connecté au même esprit de ruche que le Venom moderne, il n’est pas étonnant que le symbiote ait réagi si fortement à la vue d’images de Peter Parker ; il a absorbé la haine de ce symbiote envers Spider-Man à travers l’esprit de ruche. Cela expliquerait parfaitement pourquoi Venom, qui a été positionné plus comme un antihéros que comme un méchant, est susceptible de se retrouver face à face avec Spider-Man dans Spider-Man : No Way Home – surtout si les informations selon lesquelles le Peter Parker de Tobey Maguire arrive pour aider sont vraies.

Le multivers est la clé de l’arc de la phase 4 du MCU, et il semble être au cœur de l’histoire de l’humanité. Le nouvel accord entre Marvel et Sony en octobre 2019. « [Spider-Man] se trouve également être le seul héros ayant le superpouvoir de traverser les univers cinématographiques », a observé le président de Marvel Studios, Kevin Feige, dans une déclaration officielle accompagnant la nouvelle de l’accord. « Alors que Sony continue à développer son propre Spidey-verse, on ne sait jamais quelles surprises l’avenir peut nous réserver. » Les films n’en sont pas encore là – pour l’instant, c’est Venom qui change de dimension, pas Spider-Man – mais Venom : Let There Be Carnage est clairement une étape sur le chemin qui y mène.

Suivant :Le film Venom prouve que le succès de Marvel au box-office n’est pas dû à Rotten Tomatoes.

Cet article a été rédigé par Thomas Bacon et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.