Menu Fermer

We Own This City True Story : What Happened & What It Got Right

La mini-série de HBO Cette ville nous appartient est basée sur l’enquête et la réforme de la Baltimore Gun Trace Task Force, un groupe de la police de Baltimore qui a été arrêté dans l’un des plus importants scandales de corruption policière de la ville. Une grande partie de la série est tirée directement des reportages et des actes d’accusation contre le groupe de travail. Certains changements ont été apportés pour créer un récit plus convaincant, mais We Own This City est en grande partie fidèle à l’histoire vraie et scandaleuse dont elle s’inspire.

We Own This City voit Le Fil Les auteurs David Simon et George Pelecanos reviennent à Baltimore et à ses problèmes permanents de criminalité et de maintien de l’ordre. Comme pour les autres séries de Simon des mini-séries comme Show Me A Hero et Generation Kill, la série s’inspire fortement du journalisme, en l’occurrence du livre non romanesque We Own This City, publié en 2021 par Justin Fenton, ancien journaliste du Baltimore Sun. L’histoire se déroule dans un contexte d’agitation publique et de méfiance à l’égard de la police après la mort de Freddie Gray en 2015, qui a vu six policiers inculpés d’homicide. La négligence qui a conduit à la mort de Freddie Gray et l’acquittement ou l’abandon des charges qui s’en est suivi pour tous les policiers ont suscité de nombreuses protestations et ont été perçus par beaucoup comme un nouvel exemple de la police qui cible et tue des Noirs sans aucune répercussion.

RELATION : L’épisode 1 de « We Own This City » renverse parfaitement la scène « Omar Comin » de The Wire.

John Bernthal incarne le véritable sergent Wayne Jenkins, chef de la Gun Trace Task Force. Le Gun Trace Task Force opérait effectivement comme son propre gang dans la ville de Baltimore, réalisant un certain nombre de braquages et gardant l’argent pour eux. Si la Task Force s’en prenait principalement aux trafiquants de drogue, contrairement à Le mémorable Omar de The WireIls ont également harcelé un certain nombre de personnes qui n’ont jamais été accusées d’un crime, et ont notamment volé 20 000 euros à un couple arrêté devant un Home Depot sans preuve d’un crime. Le groupe aurait volé au moins 300 000 euros en espèces ainsi que des centaines de milliers de dollars de marijuana, d’héroïne, de cocaïne et de bijoux. Outre le vol, le GTTF a été accusé d’extorsion, de racket et de fraude aux heures supplémentaires, et presque tous ses membres ont été condamnés à des peines de prison importantes. La plupart des événements de la série sont fidèles à la réalité, à quelques petites modifications près. Voici ce que We Own This City change par rapport à l’histoire vraie dont elle s’inspire et ce qu’elle réussit à faire.

L’épisode 1 de We Own This City, « Part One », détaille les débuts improbables de l’enquête qui allait faire tomber la Gun Trace Task Force. L’agent des stups du comté d’Harford, David McDougall, joué par Le casting We Own This City David Corensweet, membre de la Commission, est un policier qui a découvert l’affaire par hasard. 2018 reporting broadly recounts (viaLe Baltimore Sun) le même incident déclencheur que la série, McDougall trouvant une jeune femme morte d’une overdose d’héroïne et demandant à l’homme qui l’accompagnait, Kenneth Diggins, où il s’était procuré la drogue. Dans la réalité, cependant, McDougall a obtenu ces informations au cours d’un entretien de huit heures et non d’une brève conversation. Diggins a été accusé de distribution d’héroïne et condamné à une peine de dix ans de prison.

Comme dans We Own This City, les informations de Diggins ont conduit McDougall et le détective du comté de Baltimore Scott Kilpatrick au dealer de rue Aaron Anderson, qui se faisait appeler « Black ». Comme dans la série, des voleurs ont attaqué l’appartement d’Anderson avant que McDougall ne puisse s’y rendre, dérobant pour 100 000 euros d’héroïne. Lorsque McDougall et Kilpatrick ont rattrapé Anderson, ils ont trouvé un traceur sur sa voiture, appartenant à John Clewell, membre de la Gun Trace Task Force. Comme Le fil, nous possédons cette ville est fortement ancré dans la géographie et la culture de Baltimore, et même l’hôtel où Anderson a été arrêté, le Red Roof Inn, est fidèle à l’histoire vraie. Ironiquement, Clewell est le seul membre du groupe de travail qui n’a jamais été accusé d’un crime, les procureurs ayant conclu qu’il avait involontairement prêté le traceur GPS à son collègue du GTTF, le détective Momodu Gondo.

We Own This City reflète aussi largement la culture corrompue de l’impunité au sein du BPD. L’épisode 1 de We Own This City montre le bureau des droits civils enquêtant sur Daniel Hersl (joué par Josh Charles), inspiré d’un membre réel de la Gun Trace Task Force qui a fait l’objet de fréquentes allégations de harcèlement et de brutalité policière, mais qui a été protégé par le service. Non seulement les crimes commis par la Task Force ont été négligés, mais la Gun Trace Task Force a été célébrée comme une unité modèle au sein de la BPD, tout comme l’a été l’enquête sur le meurtre de Daniel Hersl. émissions télévisées de copagande avant Black Lives Matter a souvent glorifié le fait de contourner les règles pour obtenir des « résultats ». La maire Stephanie Rawlings-Blake, incarnée par Paige Carter dans We Own This City, a même tenu une conférence de presse en 2016 pour célébrer une grosse prise réalisée par l’unité du sergent Jenkins. Si le GTTF semblait être efficace, il s’appuyait également sur la fabrication de preuves et la coercition des témoignages. Une fois les crimes du GTTF révélés, des centaines d’affaires ont dû être réexaminées, et beaucoup ont été rejetées.

En rapport :We Own This City True Story : Qu’est-il arrivé à Freddie Gray ?

L’arrestation en 2017 de Wayne Jenkins et d’autres membres du GTTF est également largement fidèle à l’histoire vraie. La DEA et le FBI ont d’abord commencé à enquêter sur Gondo, puis ont élargi leur filet pour inclure le reste de la Task Force. La série est également fidèle à la description du fait que Jenkins a été amené sous un faux prétexte, bien qu’en réalité il ait cru qu’il recevait une promotion au lieu d’être interrogé sur les dommages causés à un véhicule.

Le premier épisode de lasix épisodes de We Own This City La mini-série s’en tient en grande partie à la réalité, mais elle fictionnalise quelque peu l’aspect des poursuites judiciaires. Si le ministère américain de la Justice a bien mené une enquête sur les droits civils au sein du BPD à la suite du meurtre de Freddie Gray, le personnage de Nicole Steele, interprété par Wunmi Mosaku, est fictif, peut-être un composite de plusieurs enquêteurs réels. Cependant, d’autres personnages impliqués dans l’enquête, comme Erika Jensen et John Sieracki du FBI et l’inspecteur de la criminelle Sean Suiter, sont basés sur des personnes réelles du même nom. Dans l’ensemble, presque tous les événements de l’épisode 1 de We Own This City étaient fortement inspirés de la réalité.

NEXT : Comment le rôle le plus célèbre de Michael K. Williams a changé la télévision

Les nouveaux épisodes de We Own This City sont diffusés le lundi sur HBO Max.

Cet article a été rédigé par Robert Hutton et traduit par LesVidéoprojecteurs.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesVidéoprojecteurs.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.